Rentrée académique 2020-2021 à l’IFFD : La seconde promotion appelée à garder allumé le flambeau de l’excellence

La table d'honneur; Le Commissaire général de l'OTR, Kokou Tchodiè (debout.

Ils sont au total 74 stagiaires dont 14 étrangers, à démarrer les cours théoriques au titre de la seconde promotion des stagiaires de l’Institut de formation en fiscalité et douane (IFFD) de l’Office togolais des recettes (OTR), pour le compte  de l’année académique 2020-2021. C’est le Commissaire Général de l’OTR, Philippe Kokou Tchodiè, qui a lancé officiellement la rentrée de cette seconde  promotion.  

Une vue des stagiaires de la seconde promotion de l’IFFD.

Dans le cadre des réformes profondes engagées depuis 2012 par le gouvernement togolais sous la houlette du Président de la République, figure en bonne place les réformes de deuxième génération de ses régies  financières. Et comme enjeu majeur depuis l’opérationnalisation de l’OTR en 2014, la création des conditions d’une croissance économique durable. Pour ce faire, il faut des agents de qualité.

C’est pour joindre l’acte au vœu des plus hautes autorités que l’IFFD a été créé il y a deux ans. La présente rentrée de la seconde promotion placée sous le signe de la qualité, se doit de s’inscrire dans la continuité de ce désir de l’OTR de « transmettre les exigences de la réforme aux différentes générations des agents et les inculquer les meilleures pratiques en fiscalité, en douanes et en management des services fiscaux et douaniers », a expliqué le Commissaire Général de l’OTR, Kokou Philippe Tchodiè.

Tout en félicitant  les institutions partenaires de renoms, notamment l’école belge de vérification, l’école de douane Casablanca, de la sous sous-région (INAREF Dakar) pour leur soutien dans l’optique « d’assurer une formation de qualité à l’image de ce qui se fait dans les écoles de référence en douanes et aux impôts en Afrique et ailleurs », le Commissaire général de l’OTR a invité les stagiaires « au respect scrupuleux des mesures barrières et à s’appliquer au travail afin d’être aussitôt opérationnels à la fin de leur formation ». Il a appelé les stagiaires à être la hauteur de l’exigence professionnelle.

Comme innovations, outre la filière Douane et Impôt, l’Institut  a une troisième filière, celle du Management des services fiscaux et douaniers. En plus, il est désormais accessible aux stagiaires des administrations fiscales de la sous-région, a fait remarquer le Directeur par intérim de l’IFFD, Obossou Kwamé. « Former des managers des administrations fiscales est une innovation très capitale qui va permettre que l’IFFD rayonne au plan sous régional. Des formations thématiques permettront de renforcer les capacités techniques des stagiaires », a-t-il expliqué. Selon le Directeur, l’IFFD se prépare également à ouvrir une quatrième, celle des cadastres.

« Après les succès enregistrés lors de la première expérience, nous voici à la seconde expérience avec l’ouverture de la rentrée académique 2020-2021 qui est exceptionnelle pour deux raisons. D’abord, e l’ouverture de la 3ème filière, le Management des services fiscaux et douaniers, en suite la présence de stagiaires étrangers », a conclu le Directeur par intérim de l’IFFD.

« La promotion 2019-2020 a mis la barre très haut, et nous espérons que la présente promotion qui démarre les cours ce jours, va pousser davantage plus haut cette barre afin de combler les attentes des plus hautes autorités », a dit le Commissaire général de l’OTR, Philippe Kokou Tchodiè avant de les inviter au « sérieux » et à « l’assiduité » tout au long de leur formation.

Rappelons qu’à la première promotion, ils étaient 58 stagiaires.

JPB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *