Journée mondiale de l’habitat : Nécessité d’inciter à une réflexion sur l’état de nos villes et le droit fondamental de tous à un logement adéquat

Le ministre Tsolenyanu a, au nom du gouvernement, promis 20.000 logements décents d'ici 2022.

Chaque 05 octobre, le monde entier commémore la journée internationale de l’habitat. La 35ème édition a permis au ministre Me Koffi Tsolenyanu de faire le point sur ce secteur au Togo. Dans une déclaration rendue public à cet effet, le ministre togolais de l’Urbanisme, de l’habitat et de la réforme foncière, a décliné quelques-unes des mesures prises par le gouvernement afin d’améliorer le cadre urbain, notamment la construction de quelques 20.000 logements sociaux d’ici 2022.

« Logement pour tous et amélioration de l’environnement urbain », tel est le thème de l’édition 2020 de la journée mondiale de l’habitat qui traite de l’accessibilité de tous à un logement décent dans la mise en œuvre des politiques urbaines qui doivent viser les quatre fonctions essentielles de la ville à savoir : habiter, travailler, se déplacer et se recréer.

A cette occasion, le ministre en charge de l’habitat, Me Koffi Tsoloneynu, a souligné que notre pays pouvait se targuer de s’inscrire dans le Nouvel agenda urbain (NAU) prôné par l’ONU-Habitat en visant ainsi, l’atteinte de la cible 11 des ODD, notamment « Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables ».

Selon le ministre, le « thème de cette année s’inscrit donc parfaitement dans le Plan national de développement (PND) 2018-2022 et la politique nationale de l’habitat et du développement urbain initiés par le Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE ».

Tout en rappelant quelques réalisations, notamment les différents projets et actions relatifs aux logements inclusifs et à ses services sociaux de base, la création du Fonds spécial pour le développement de l’habitat (FSDH), l’adoption des lois réglementant les professions d’architecte, d’urbaniste, de géomètre, d’ingénieur et d’agents immobilier, le ministre a indiqué qu’au « Togo le droit de tous à disposer d’un « chez soi » pour vivre dans la sécurité, la paix et la dignité a été pris en compte par le Plan National de Développement (PND) qui prévoit dans son axe stratégique 3 de : « consolider le développement social et de renforcer les mécanismes d’inclusion ».

Aussi fait-il remarquer que cette journée est destinée à interpeller les acteurs de l’urbain notamment les gouvernements, les municipalités, la société civile sur leurs responsabilités collectives face aux problèmes que connaissent les établissements humains, et leur capacité à faire de nos villes un cadre de vie meilleur et attrayant.

Dans ce sens, il a relevé que le Togo table sur la construction d’au moins 20.000 logements sociaux dans les deux prochaines années ceci, dans un contexte mondial où quelques un milliard de personnes vivent aujourd’hui dans les bidonvilles et 10 millions sont sans abris.

En cette période de crise sanitaire, « sans un logement adapté, il est impossible de pratiquer la distanciation sociale ou de respecter les règles d’hygiène. Or, ce sont près de 1,8 milliards d’individus soit plus de 20 % de la population qui vit dans des logements insalubres », a fait remarquer le ministre. Il saisit l’occasion pour « renouveler l’appel à toutes les populations à adopter des comportements responsables pour accompagner le Président de la République et l’ensemble du gouvernement, dans leur lutte pour l’amélioration de notre cadre de vie».

En attendant que ces logements promis poussent des sols sur l’ensemble du territoire, plusieurs autres projets voient déjà le jour, notamment dans la capitale. Il s’agit de la construction de la cité Mokpokpo, la cité des Anges, la cité Renaissance, Well city…

@macite.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *