Garantie unique du transit routier inter-Etats de la CEDEAO : En attendant sa mise en œuvre, les CCI du Togo et du Burkina Faso en mode sensibilisation

La table à l'ouverture des travaux.

La Chambre du commerce et d’industrie du Togo (CCIT), en partenariat avec l’Office Togolaise des Recettes (OTR) et la Chambre du Commerce et d’Industrie du Burkina Faso (CCI-BF), a organisé, hier 06 octobre, une rencontre de sensibilisation sur la « Garantie unique du transit routier inter-Etats de la CEDEAO » à Cinkassé, à l’extrême nord du Togo. Cette campagne a pour but de présenter aux différents acteurs du trafic sur le corridor Togo-Burkina Faso, le mécanisme de la garantie et la procédure élaborée conjointement par les acteurs du transit du Togo et du Burkina Faso, dans l’optique de susciter leur  adhésion en vue du lancement harmonieux de cette garantie unique.

Les syndicats des conducteurs et les autres acteurs impliqués dans le transport dans la ville de Cinkassé et de ses environs, ont été entretenus sur ce nouveau mécanisme par les experts de l’OTR, en présence du préfet de Tône, du maire de la ville de Cinkassé et des responsables des Chambres du Commerce et d’Industrie du Togo et du Burkina Faso.  

Cette rencontre en plus de présenter ce mécanisme et la procédure, vient à point nommé assurer et faciliter les échanges entre les deux pays frontalier, dans l’optique d’améliorer le climat des affaires au sein de l’espace communautaire.

Il s’agit essentiellement à travers ce mécanisme de simplifier les procédures, d’accélérer les mouvements des marchandises et augmenter le flux du transit tout en réduisant les coûts du transit, d’améliorer les opérations transitaires et celles de l’attractivité du corridor Togo-Burkina Faso.

Cette réforme entreprise conjointement par la Chambre de commerce et d’industrie des deux pays frontaliers, s’inscrit non seulement dans la politique économique et de développement des gouvernements du Togo et du Burkina Faso, mais aussi répond aux recommandations de la libre circulation des personnes et des biens au sein de l’espace communautaire.

A l’issue de cette rencontre, les responsables des deux chambres sœur ont exhorté tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre dudit mécanisme, à une franche collaboration.

Daniel A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *