Enfin les évêques du Togo dénoncent la tentative de déstabilisation des institutions étatiques par la DMK

La Conférence des Evèques du Togo (CET) (Photo archives).

Plus rien ne sourit pour la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK). Après être désavoués par le peuple togolais pour manque de preuves de sa supposé ‘’victoire’’ et pour les nombreuses incohérences dans lesquelles  baignent les leaders de ce regroupement politique, c’est le tour des hommes de Dieu d’enfoncer davantage le clou.

Réunis du 19 au 23 octobre à Kara,  dans le cadre de la 125ème session ordinaire de la Conférence des Évêques du Togo (CET), les premiers responsables des diocèses de l’Eglise Catholique du Togo se sont penchés sur  les différents sujets de l’heure au sein de la dite communauté et aussi comme à l’accoutumé sur la situation sociopolitique de notre pays.

Abordant ainsi  la situation sociopolitique du Togo animée par quelques agitations post- électorales  du scrutin présidentiel du 22 février 2020, les prélats ont dénoncé sans langue de bois la mauvaise foi de la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) qui a fondé, depuis ce dernier scrutin jusqu’à ce jour, sa stratégie politique exclusivement sur des diffamations et des mensonges. Ceci dans le seul but de déstabiliser des institutions de la République.

En effet, vomit par le peuple togolais à cause de ces nombreux dérapages politiques, la DMK ne sachant plus à quel saint se vouer,  jette son dévolu sur la CET sur les réseaux sociaux pour ne l’avoir pas soutenu  dans le mensonge et les errements politiques. En particulier sur Mgr l’Archevêque métropolitain de Lomé qu’il accuse de tous les maux.

Pour les leaders de DMK, très actif sur les plateformes de discussions whatsapp,  Mgr Nicodème Barrigah-Benissan a vendu la lutte politique pour l’alternance par sa collaboration avec le Président Faure Gnassingbé. Il a surtout contribué à ce que Faure Gnassingbé rencontrer le Pape François à Rome en 2019. C’est comme cela que le prélat a été nommé président de la CVJR. Et comme cela ne suffisait pas, il a invité le chef de l’État lors de sa prise de fonction entant que nouveau l’Archevêque métropolitain de Lomé.

Aussi écrivent-ils sur les réseaux sociaux que, l’ancien président de la CVJR a reconnu la victoire du président Faure Gnassingbé lors de l’élection présidentielle du 22 février 2020. Face à ces incongruités de trop, la CET a décidé enfin de cracher dans ambages la vérité à la Dynamique Monseigneur Kpodzro. Très choqué par la bassesse de ce regroupement politique de mensonge avéré malgré qu’il soit dirigé par un de leurs aînés, en l’occurrence Mgr Philippe Fanoko Kpodzro, les évêques du Togo ont dénoncé avec véhémence cette attitude lugubre qui consiste à duper le peuple et à déstabiliser les institutions Étatiques et des personnes.

« Tant que le mensonge sera utilisé en particulier dans les médias et sur les réseaux sociaux comme stratégie de déstabilisation des personnes et des institutions […], les remous politiques seront inévitables dans notre pays », ont-ils mis en garde.  

Cette sortie des hommes de Dieu qui vient renforcer la position de la justice togolaise qui a interpellé à plusieurs reprises les dignitaires de ce regroupement pour les mêmes motifs, bat également en brèche tout leur boucan  avec des slogans  »le peuple est derrière nous »  le peuple a élu démocratiquement le Dr Agbeyomé Kpodjo, président de la République togolaise ».

Daniel ASSOTI

E-mail : bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *