Protection des personnes âgées et des migrants : Le Togo renforce son arsenal juridique

Les députés lors du vote des deux instruments.

Le parlement togolais a autorisé hier mardi le Gouvernement à ratifier deux importants textes dans l’optique de permettre au pays de renforcer sa politique de protection des droits humains, notamment envers les personnes âgées et envers les travailleurs migrants et leur famille. C’était à la faveur de la 7ème séance plénière de la 2ème session ordinaire de l’année 2020.

L’assistance avec au premier plan, les deux représentants du Gouvernement.

Il s’agit essentiellement de deux outils. Le premier porte sur le projet de loi autorisant la ratification du Protocole à la Charte Africaine des Droits de l’Homme, et des Peuples, relatifs aux droits des personnes âgées  adopté en 2016. Et le second autorise la ratification de la Convention Internationale sur des Droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles, adoptée le 18 décembre 1990 à New York.

Dans un premier temps, le texte permet une meilleure protection et accès aux services sociaux divers, et élimine de facto la discrimination à l’endroit des séniors. Alors que le second texte fait référence à une meilleure intégration des travailleurs migrants et leurs familles, et la possibilité de leur assurer un meilleur cadre et de veiller au respect de leurs droits.

Selon une enquête de l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et Démographiques (INSEED), le nombre de personnes âgées (60 ans et plus) n’a fait que croître cette dernière décennie. Ainsi, leur accorder une attention particulière dans une société en perpétuelle mutation sur les valeurs morales, n’est qu’une pure reconnaissance de leur rôle de guide.

D’un autre côté, avec une population oscillant entre 185 et 190 millions, les travailleurs migrants et leur famille sont une couche considérable de la population qu’aucun gouvernement ne peut ignorer.

Cette onction du parlement est « le meilleur moyen de promouvoir la souveraineté du Togo dans un monde ouvert », a indiqué la présidente de l’Assemblée nationale, Yawa Tsègan. Et cette ouverture passe par une meilleure approche des questions de droits fondamentaux des travailleurs migrants, notamment.

Pour les représentants du gouvernement à cette plénière, le pays « fera bon usage de ces deux outils », a relevé Christian Trimua, ministre des Droits de l’Homme, en compagnie de Mme Adjovi Lolonyo Apedoh, ministre de l’Action sociale.

@macite.info

E-mail : bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *