Eliminatoires CAN 2022 : Togo Vs Egypte, une double confrontation aux allures de dernier espoir du ‘’sorcier blanc’’ sur le banc togolais

Les Eperviers du Togo (Photo archives).

Les amoureux du sport roi togolais auront une fois encore l’occasion d’en rajouter une couche sur le dédale togolais, nommé Eperviers du Togo. Les 3ème et 4ème journées des éliminatoires pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Total Cameroun 2021 (14et 17 novembre 2020) seront des épreuves redoutables pour la sélection togolaise de football  sous l’ère du ‘’sorcier blanc’’ devenu l’ombre de lui-même. Depuis son avènement à la tête de la sélection togolaise en 2016, les Eperviers n’ont jamais eu une mauvaise posture (quittant la 101è sur le plan mondial et 25è en Afrique en 2016 à la 126è place mondial et 34è en Afrique en 2020).

Claude Le Roi n’a fait confiance qu’aux locaux (qui se retrouvent à des postes clés : gardien de but, charnière centrale et attaque) pour cette double confrontation, huit mois après que le championnat national soit à l’arrêt. La plus belle dame ne pouvant offrir que ce qu’elle a, il ne fait l’ombre d’aucun doute que l’on veut sciemment clouer au pilori ce seul espoir togolais.  

Alors que le championnat national est à l’arrêt depuis huit bons mois, l’on ne comprend pas pourquoi on peut retrouver sur la liste de la sélection nationale des joueurs qui ont été loin des pelouses pendant une si longue période. Si sous d’autres cieux, une mauvaise prestation d’un joueur en club lui vaut sa place en sélection, le sélectionneur togolais se serait forgé d’autres critères pour la convocation des joueurs chez les Eperviers.

Et c’est à raison, si l’actuel ‘’major’’ du banc togolais a été le seul capable de mettre hors circuit de meilleurs et redoutables joueurs togolais : Romao Alaixys (27e au classement des étoiles France Football avec une note de 5,45 avec l’OM dans les années 2013-2014 et arrivé à maturité en 2016), Adébayor SHéyi (meilleur co-buteur de la ligue anglaise avec les Gunneurs d-’Arsenal), et d’autres ‘’hommes de métier’’ tels Jonathan Ayité, Serges Akakpo (capitaine des bleuets de France en 2004), Serges Gakpé passé lui aussi en espoir de France, etc. alors qu’ils sont encore en activité, à l’exception du géant Adébayor.

Certainement pour se dédouaner de la débâcle prochaine de ses poulains, le natif de Bois-Normand-près –Lyre n’aura pour seul alibi la covid-19 qui aura obligé les instances africaines de football à imposer des matches sans le ‘’douzième joueur’’ donc à huit clos.

Si les Eperviers n’ont pas réussi à battre la modeste sélection soudanaise (1-1), ce n’est pas la bande au meilleur buteur du moment de la ligue anglaise, Mohamed Sallah, qui acceptera se faire humilier pas ces oiselets de Claude Le Roi.

Et dire que le Togo, depuis l’avènement de la sélection nationale en 1972 (date à laquelle le Togo a participé à sa première CAN), n’a connu pire au classement FIFA que sous l’ère Claude Le Roi (126ème). En 1992, le Togo était classé au moins 101ème mondial avec des amateurs. En 2020, il est classé 126ème avec des professionnels. Faut-il rire ou pleurer ?

Notons que la compétition initialement prévue en janvier 2021, a été reportée d’un an pour cause de la pandémie à coronavirus.

Jean-Pierre Bawéla

E-mail : bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *