GRIPPE AVIAIRE: Ce qu’il faut retenir

D'énormes pertes du fait de la grippe aviaire.

La grippe aviaire est une forme de grippe qui touche les oiseaux. Elle sévit principalement chez les oiseaux d’élevage tels que les oies, les dindes et les poulets. Elle est provoquée par des virus grippaux de type A. La plupart de ces virus ne sont pas transmis à l’homme. Toutefois, certains sous-types parviennent à passer de l’animal à l’homme. On dit alors qu’ils franchissent la barrière des espèces. C’est notamment le cas du virus H5N1, détecté à Hong Kong en 1997 et responsable d’une pandémie ayant entraîné la mort de millions d’oiseaux et de plusieurs personnes à travers le monde. Le virus se transmet de l’oiseau à l’homme par contact direct ou indirect : eau ou nourriture infectée, déjections, inhalation de particules contaminées…

Les symptômes de la grippe aviaire

La période d’incubation de la grippe aviaire varie généralement entre 1 et 10 jours en fonction du sous-type. Passé ce délai, divers symptômes sont observés : toux ; fièvre ;fatigue ;maux de gorge ;maux de tête ;difficultés à respirer ;

troubles digestifs (nausées, vomissements, douleurs abdominales) ;saignements de nez(épistaxis) ;douleurs thoraciques, ;douleurs musculaires ;inflammations oculaires (conjonctivites) ;infections à répétition.

Les signes cliniques, leur ordre d’apparition et leur intensité diffèrent selon les personnes.

Les populations à risque

Les personnes qui sont régulièrement en contact avec les oiseaux, en particulier les éleveurs et celles qui travaillent dans les abattoirs, sont davantage exposées au virus de la grippe aviaire. La maladie étant associée à l’hygiène, le risque est plus élevé dans les pays en voie de développement qui ne disposent pas d’un cadre légal précis en matière d’élevage et de manipulation des animaux destinés à la consommation humaine.

Le diagnostic de la grippe aviaire

Les symptômes observés dans un premier temps orientent le médecin vers un syndrome grippal.

Si ce dernier apprend en interrogeant le patient que celui-ci est régulièrement en contact avec des oiseaux d’élevage ou qu’il vient de se rendre dans une zone à risque, il réalisera un prélèvement (sécrétions nasales, gorge) pour mettre en évidence le virus mis en cause.

Les traitements proposés

Une fois le diagnostic confirmé, un traitement antiviral doit être aussitôt mis en place. Il existe un vaccin qui permet de s’immuniser contre les virus grippaux humains.

Les nouveaux vaccins sont en général disponibles chaque année en octobre, avant la période hivernale propice aux virus. La prévention repose aussi sur l’adoption de mesures d’hygiène sur les lieux où peuvent se trouver des oiseaux infectés (lavage de mains, port de gants et de masques…).

Lorsqu’un foyer de grippe aviaire est identifié, les animaux contaminés et ceux qui sont susceptibles de l’être sont mis en quarantaine avant d’être abattus.

Source : top santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *