Opérationnalisation de la ZLECAF : Le 1er Janvier 2021, un nouveau départ pour l’Afrique

Le Président Faure Gnassingbé lors de la visioconférence hier dimanche à Lomé.

Dans le cadre de son agenda 2063, les Etats membres de l’union Africaine (UA) s’étaient engagés en 2013 à « faire taire les armes à feu en Afrique d’ici ». A date échue, il était question de faire le point des initiatives. En visioconférence hier dimanche, les Chefs d’Etat africains dont le Président togolais Faure Gnassingbé, ont échangé sur le fléau de la circulation anarchique des armes sur le continent.

Selon le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki, plusieurs initiatives ont été prises pour la résolution des conflits violents et la promotion de la paix sur le continent. Malgré ces efforts, « la profusion des armes et l’absence quasi-totale de leur contrôle ont augmenté toutes les formes de violence : conflits intercommunautaires, extrémisme violent, grand banditisme urbain et rural, braconnage à grande échelle, trafics de tout de genre ».

« Le bruit des armes a rompu l’équilibre social harmonieux, paisible et heureux qui prévalait dans les sociétés africaines », a-t-il soutenu.

Pour le président togolais, Faure Gnassingbé, se dit « persuadé » qu’en engageant « des actions fortes, nous parviendront à lutte efficacement contre ce fléau qui entrave nos efforts de développement ».

Rappelons que déjà samedi 05 décembre dernier, le Chef d’Etat togolais, Faure Gnassingbé, avait participé, par visioconférence, au sommet dédié à l’opérationnalisation de la Zone de libre-échange continentale africaine  (ZLECAF), un rendez-vous qui a permis au dirigeants africains d’examiner et approuver le lancement officiel du début des échanges commerciaux sous la Zone de libre-échange continentale africaine, le 1er janvier 2021.

Prévu initialement en juillet 2020, le lancement officiel de la ZLECAF qui avait été reporté au 1er janvier 2021 en raison de la pandémie du COVID-19, marque une étape importance dans l’avancement de l’intégration économique africaine.

Selon un nouveau rapport de la Banque mondiale, la ZLECAF pourrait rapporter à l’Afrique 450 milliards de dollars de revenus supplémentaires soit une hausse de 7%. Une véritable occasion de stimuler la croissance, de réduire la pauvreté et d’élargir l’inclusion économique en Afrique, et cela malgré la crise engendrée par le coronavirus, souligne la Banque mondiale.

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *