COVID-19 /Ça va se corser si…: Des amendes voire l’emprisonnement pour les contrevenants

Le virus et son variant gagne toujours du terrain au Togo.

Pour faire face à la pandémie qui, malgré les mesures mises en place, continue d’évoluer dans le pays, le Togo a reçu 201.000 doses de vaccin AstraZeneca et a déjà démarré sa campagne de vaccination. Selon le gouvernement, plus de 40.000 personnes ont déjà été vaccinées. Mais chose curieuse, le nombre des cas de contamination augmente de jour en jour et de façon inquiétante. Hier encore, un autre record a été franchi, obligeant le gouvernement, sur avis du Conseil scientifique, de corser les mesures restrictives en plus des 18 prises en fin de semaine dernière, ceci dans l’optique d’endiguer la propagation du virus. Pour l’heure, il n’est pas question d’imposer le couvre-feu, indique le gouvernement, même si le virus continue de gagner du terrain.

Pêle-mêle on a : la redynamisation du Groupe mixte de surveillance Covid-19 (GMS) par un renforcement d’au moins 1000 personnels issus de la composante force de défense et de sécurité pour intensifier la surveillance, la prévention et les interventions ; l’accélération de la campagne de vaccination avec la mise en place d’une stratégie mobile notamment en délocalisant la vaccination en tout lieu où cela est nécessaire dans le grand Lomé dans le respect des critères d’âge ; l’interdiction de tous les rassemblements de masse notamment les sports de masse, les cérémonies funéraires, les mariages, les évènements culturels, les campagnes publicitaires, les concerts, les réceptions, le respect de la limitation stricte à quinze (15) du nombre de personnes pour les enterrements.

Il y aussi, l’interdiction de rassemblement à la place  » Bonké  » ; au niveau du local du réseau Tiens Casablanca ; des agences de la Lonato ; Carrefour Limousine (Avédji). Il est aussi question du renforcement du contrôle au niveau des points de passage des frontières ; du maintien de l’interdiction de l’accès à la plage.

Les contrevenants s’exposent à des sanctions conformément aux lois en vigueur ; du contrôle renforcé du respect des mesures barrières à l’entrée des marchés avec une présence des forces dédiées ; du renforcement du contrôle du respect du nombre de passagers et du respect du port de masque et des gestes barrières dans les transports ; du renforcement de la surveillance et de la veille dans toutes les institutions, les administrations publiques et les entreprises publiques et privées par la réactivation des comités de veille avec une implication des premiers responsables.

Le gouvernement préconise le renforcement de la surveillance des lieux de cultes et obligation de port du masque et du respect des mesures barrières et interdiction des prestations des chorales et groupes musicaux, avec fermeture immédiate en cas de non-respect des mesures édictées ; le renforcement de la surveillance des bars avec fermeture immédiate en cas de non-respect des gestes barrières.

Inconsciences

Le Ministre d’Etat, Ministre chargé de l’administration territoriale, a également menées des discussions avec les préfets du Golfe et d’Agoè, les maires des 13 communes du grand Lomé, les responsables des marchés, le syndicat des tenanciers de bars et de restaurants, les responsables religieux pour ce faire. Peine perdue ?

Dans tous les cas, il faut dire que les Togolais ont les oreilles dures et défient même les autorités. A peine les mesures annoncées par le conseil des ministres que le lendemain, certains ont été pris la main dans le sac. Des promoteurs de bars ont été pris la main dans le sac. Des boites nuits secrètes bondées de personnes ou des bars VIP où plus de cent personnes se côtoient.

Pire, c’est qu’on cite des noms de certaines personnes qui sont censées données le bon exemple et appeler les populations aux respects des mesures. Les forces de l’ordre n’ont pas hésité à vider les lieux et à interpeller les propriétaires. Eh oui, il existe bel et bien une ordonnance, celui N° 2020-004 du 3 juillet 2020 relatives aux mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid 19. 

En effet, les amendes prévues sont de 20 000 FCFA. Et en cas de récidive, la somme est portée à 50 000 FCFA doublée une peine d’emprisonnement d’un à six mois.  Toute personne morale qui contrevient aux dispositions de l’ordonnance est punie d’une amende de 500 000 FCFA à 2 millions FCFA. En cas de récidive les textes prévoient, la fermeture provisoire des lieux et une amende de 5 millions FCFA. Les propriétaires du bar  »Signature VIP » et de  »Air Plus VIP » vont apprécier.

Les soignants sous tensions

Le coordonnateur du CNGR ne cesse de le répéter. Les formations sanitaires sont sous tensions avec la flambée des cas positifs au Covid. Les soignants qui sont confrontés à la réalité de la maladie ont d’ailleurs lancé un cri d’alarme en exhortant les populations à prendre conscience de la pandémie. Un de leur collègue vient de décéder et une dizaine de contamination a été enregistrée au sein du corps la semaine dernière.

 » Il est temps de prendre conscience individuellement sur cette pandémie. Arrêtons d’organiser les fêtes et autres événements de masse non indispensables ; il est illusoire de prétendre respecter les mesures barrières en mangeant ou en buvant en groupe. On meurt du Covid à tout âge, qu’on soit une personne de santé fragile ou vigoureux et en bonne santé apparente. Si on n’en meurt pas, on pourrait garder des conséquences à long terme « , ont-ils écrit sur les réseaux sociaux indiquant que la Covid 19 est une maladie dont on en sait peu sur les conséquences. Ils font remarquer qu’il y a trop de décès et se désolent de voir des partir dans ces conditions des amis et des êtres très chers.  » Les praticiens togolais sont sous stress et au bout du rouleau devant la flambée des contaminations dues à la Covid-19 au Togo « , font ils savoir en se préoccupant des contaminations qui se poursuivent. Ils n’ont pas tort. La semaine écoulée, le Togo a enregistré (CHIFFRES)….. Il y a lieu de partager l’inquiétude du personnel soignant du Togo.

(Avec LE DIUM n°442 du 29 mars au 06 avril 2021).

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *