COVID-19 /300.000 DOSES DE VACCIN EN STOCK : Le Togo a le meilleur taux de couverture vaccinale

Des doses de vaccin anti covid-19...

L’arrivée de plus de 100 000 doses de vaccin Pfizer porte le nombre de doses de vaccin en stock à plus de 300.000, si l’on considère celles de Sinovac qui sont en conservation pour le moment. Elles seront certainement utilisées dans les prochains jours puisque l’OMS vient d’homologuer le vaccin chinois. « Il est établi aujourd’hui que la vaccination est l’un des piliers les plus importants de la lutte contre la Covid-19 », a indiqué le ministre de la Santé, de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins, Prof Moustapha Mijiyawa.

L’Unicef rappelle que le lot de vaccins Pfizer est reçu dans le cadre de l’Initiative Covax, tout comme les doses de l’AstraZeneca, qui est administré en ce moment aux premiers vaccinés. « Le Togo s’est illustré parmi les pays qui ont le meilleur taux de couverture vaccinale par le vaccin mis à disposition dans le cadre de la plateforme Covax. Nous sommes sûrs que le Togo sera parmi les premiers pays à atteindre ce qu’on appelle l’immunité collective et à aller vers la fin de cette pandémie », a déclaré Fatoumata Binta Tidiane Diallo de l’OMS.

De son côté, la Représentante résidente de l’UNICEF au Togo, Dr Aïssata Ba Sidibe a félicité le gouvernement togolais pour sa gestion exemplaire de la riposte face à la pandémie et de la campagne de vaccination.  » Lorsque la plateforme Covax se réunit, le nom du Togo est toujours cité parmi les meilleurs acteurs en matière de riposte mais aussi en matière de vaccination « , a fait savoir la Représentante de l’Unicef qui n’a pas manqué de féliciter les populations togolaises pour leur mobilisation autour de la campagne vaccinale.

En effet le Togo est Etat partie du dispositif Covax et bénéficie pour ce faire des doses d’Astra Zeneca et de Pfizer. Outre cet appui, le pays a également commandé des doses qui viennent renforcer celles acquises dans le cadre de la coopération bilatérale et multilatérale en vue d’atteindre une immunité collective. Il s’est déjà engagé à abonder à hauteur de 300 millions de dollars US au profit des programmes de vaccination 2021-2025 de Gavi lors du Sommet mondial sur la vaccination de juin 2020 et a déjà versé 200 millions de dollars US à l’AMC COVAX de Gavi.

Pour Unicef Togo, il est important que le pays puisse atteindre l’immunité collective, parce que la Covid-19 a un impact socio-économique important sur les populations dont les enfants qui constituent la tranche la plus vulnérable du pays.  Jusqu’à ce jour le Togo a reçu au total 716,620 doses de vaccins (AstraZenaca 416.000, Sinovac 200.000 et Pfizer 100.620).

Un vaccinodrome à Lomé.

Impact socioéconomique

Un récent rapport du Centre du commerce International (ICT),  l’agence conjointe de l’Organisation mondiale du commerce et des Nations Unies, sur la compétitivité des PME du Togo face à la Covid-19 indique que presque toutes les firmes interrogées (93 %) font état d’un chiffre d’affaires plus faible en mars 2020 en raison de la crise liée à la COVID 19. Le sous-secteur de l’hôtellerie et de la restauration a enregistré les chutes les plus drastiques, conséquences des effets du couvre-feu. Plus de la moitié des compagnies togolaises (53 %) ont pu s’arranger en passant au travail à temps partiel, tandis que 21 % d’entre elles ont dû recourir au chômage technique, et 5 % n’ont eu d’autre choix que de licencier.

Les petits entrepreneurs du Togo avouent être plutôt pessimistes quant au processus de redressement post COVID 19. Les deux tiers des firmes interrogées ont une mauvaise image de l’environnement économique. Pourtant, 20 % des chefs d’entreprise interrogés affirment au contraire être optimistes vis-à-vis de l’avenir, d’abord parce que la crise ouvre de nouvelles opportunités, ensuite parce qu’elle a conduit à mettre en place de nouvelles réformes et subventions. L’impact de la pandémie est facteur des caractéristiques et de la compétitivité des firmes.

Celles dont les activités remontent à moins d’un an, ainsi que les entreprises plus petites, se déclarent condamnées si la crise devait durer plus de trois mois. À l’inverse, celles disposant d’une meilleure adéquation des compétences au sein de l’entreprise et d’une bonne gestion des ressources humaines, d’une production plus solide et de liens plus étroits avec les organisations d’appui aux entreprises, semblent s’en sortir bien mieux.

En temps normal, le facteur de productivité est crucial pour stimuler la compétitivité à l’international des PME togolaises. Or, ce facteur est tout aussi vital à la résilience des petites firmes en temps de crise. Parmi les entreprises interrogées, celles dont le taux de productivité avant la pandémie était plutôt faible ont vu leur chiffre d’affaires diminuer de manière significative lorsque la crise les a frappées, davantage que leurs pairs dont le taux de productivité avant crise était plus élevé.

Tout de même, le rapport relève que les petites et moyennes entreprises (PME) sont le cœur vibrant de l’économie togolaise. Générant environ 80 % du produit intérieur brut, elles sont la clef de la résilience économique du pays. À condition d’être compétitives, elles peuvent survivre à des crises telles que la pandémie de COVID 19 et même stimuler la croissance grâce à leurs exportations.

Source : In LE MEDIUM n°452 du 08 au 14 Juin 2021

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *