RÉGIONALES /LE TRAIN PARTIRA DE NOUVEAU SANS L’ANC : « … on ne peut tromper tout le peuple tout le temps »

Jean-Pierre Fabre, président national de l'ANC.

Nous le mentionnons dans une de nos précédentes parutions quant aux menaces de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) de Jean-Pierre Fabre de quitter la Concertation nationale des acteurs politiques (CNAP). Nous lui avions conseillé de se presser car, c’est du déjà vu et que son départ n’émouvra aucun Togolais.

C’est chose faite à la veille de la clôture du CNAP, la semaine écoulée, sans que le Togo ne brûle ni ne tombe dans le chaos. Un épiphénomène, comme dirait l’autre.

Le ministre Payadowa Boukpessi a bien vu en parlant de ce que l’ANC voulait un coup politique. Peut-être, sauf que cette fois, la mèche n’a pas pris.

Nous ne cesserons jamais de le dire. Le monde change avec son lot de conséquences sur l’esprit des Togolais et de leur volonté de vivre autrement la politique de leur pays.

Le 8 Juillet dernier, les Togolais âgés de plus de 35 ans, se rappelaient du début de la Conférence nationale déclarée ‘’souveraine’’, par une partie de ceux qui y étaient délégués.   Voilà donc 30 ans que les Jean-Pierre Fabre et autres sont sortis de la clandestinité et ont pignon sur rue dans le landerneau politique du Togo.

Trois décennies d’une stratégie de ‘’c’est moi ou rien !’’ qui ne leur a jamais réussi. De l’Union des forces de changement (UFC) avec leur mentor Gilchrist Olympio, à l’ANC qu’ils ont créée quelques années après l’élection présidentielle de 2010, ils ont perpétué la même stratégie, méprisant les autres acteurs politiques et les considérant comme des moins que rien. Au nom de quoi, tout le monde devrait se plier aux désidératas d’un seul parti politique ?

A la table des négociations, on y laisse forcément quelques plumes. A l’ANC, il semble que ce n’est pas pareil. Ils ont la science infuse et tous les autres doivent s’y soumettre.  Et cette stratégie dure depuis des années jusqu’à ce que les Togolais commencent par y voir clair. « On peut tromper une partie du peuple tout le temps. Mais on ne peut tromper tout le peuple tout le temps », disait la chanson de Bob Marley. Le dicton vaut pour ceux qui sont au pouvoir tout comme les oppositions à ceux-là. Et c’est ce qui se passe au Togo. 4% pour Jean-Pierre Fabre à l’élection présidentielle de 2020. Inimaginable !

Le 30 juin dernier, lors de la conférence de presse de l’ANC, Jean-Pierre Fabre regrettait leur boycott des législatives de 2018, mettant la charge sur la CEDEAO. Mais alors, pourquoi n’ont-ils pas boycotté les élections communales de 2019, puisque celles-ci intervenaient un semestre tout juste après le précédent scrutin ?

On a l’impression que la claque que le peuple lui a infligée à l’élection présidentielle de 2020 ne sert pas de leçon. On peut comprendre qu’ils se la coulent douce dans leur municipalité de Golfe 4 et que cette participation au CNAP presque consommée, n’est que de la poudre aux yeux des Togolais. L’ANC dit qu’elle récuse la cinquantaine de propositions retenues, dont les siennes qui ont emportées l’adhésion des participants.  Allez-y comprendre quelque chose.

On pensait que l’effort monumental de la reconquête de son électorat qui lui a tourné le dos l’année dernière, lui permettrait de revoir sa démarche et de comprendre que les Togolais ne sont plus aptes à avaler n’importe quelle couleuvre. Hélas ! Au lieu d’indexer la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) pour avoir démobilisé les Togolais de la lutte pour une alternance, Jean-Pierre Fabre ferait mieux d’essayer de comprendre les raisons qui ont poussé ses militants et sympathisants à croire à tout ce que racontait l’inénarrable Agbéyomé Kodjo. 

Pourquoi les Togolais ont-ils cru que Kodjo Agbéyomé pouvait leur ramener la victoire à midi alors que le vote n’était même pas terminé ? Pourquoi ont-ils retourné leur veste par rapport à l’ANC ? Il est bien facile pour Éric Dupuy de parler « d’inconséquence des acteurs sinistres se réclamant de l’opposition politique mais qui se révèlent être de véritables fossoyeurs de l’alternance et du changement auquel aspire le peuple Togolais par le mensonge et le bluff, le dénigrement et la diffamation, bref, d’une véritable escroquerie politique ». On a bien envie de lui dire que c’est à ces ‘’escrocs politiques ’’ que le peuple a fait confiance il n’y a pas longtemps. Et si l’ANC ne se regarde pas dans le miroir, ces ‘’escrocs politiques’’ lui dameront encore le pion, encore et encore.

2025, c’est déjà demain ! Ne parlons même pas des régionales. Les règles du jeu seront-elles modifiées pour les beaux yeux de l’ANC avant ces importants rendez-vous électoraux ? Pas si sûr ! L’ANC peut faire aujourd’hui le dos rond expliquant que les propositions retenues à la CNAP ne lui seront pas opposables. Sont-elles bonnes pour les autres partis ayant participé aux travaux de la CNAP ? Assurément ! Ces résolutions sont-elles bonnes pour les Togolais ? Ils se prononceront dès que le gouvernement lèvera le voile sur le document. On verra alors de quel côté la balance populaire penchera. Mais pour le moment, il semble que le train parte, une fois encore, comme toujours, sans l’ANC.

Ali SAMBA, In LE MEDIUM n°458 du 19 au 26 Juillet 2021.

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *