SOMMET MONDIAL SUR L’ÉDUCATION A LONDRES : «Une jeunesse mieux éduquée, est une garantie pour un pays plus prospère…», a confié Faure Gnassingbé

Faure Gnassingbé (dt) lors de son exposé...

Le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, a pris part, hier jeudi 29 juillet, au Sommet mondial sur l’éducation tenu à Londres, au Royaume Uni. Initiée par le Global partenership for education (GPE), cette rencontre de haut niveau qui a connu la participation, entre autres, de plusieurs Chefs d’Etat et de gouvernement, des partenaires multilatéraux, a été une occasion pour les dirigeants du monde de proposer des mesures fortes pour une éducation de qualité, ceci malgré la crise sanitaire.

Photo de famille de la délégalaise..

Cette rencontre de haut niveau qui a connu la présence des présidents nigérian, ghanéen, kenyan et malawite, des partenaires de Global Partnership for Education (GPE) mais aussi des membres des organisations de la société civile et du secteur privé, avait un seul objectif, celui de « s’unir pour soutenir une éducation de qualité pour tous les enfants notamment en préscolaire ».

Les travaux, essentiellement des sessions et des panels, ont permis de faire le bilan des progrès réalisés dans le secteur éducatif, qui deux années durant, a été fortement impacté par la crise sanitaire liée au coronavirus. Ainsi, la mobilisation des ressources était devenue une priorité pour une éducation de qualité.

Le chef de l’Etat togolais a, au cours de cette occasion, partagé avec ses pairs, l’expérience togolaise en matière de promotion de l’éducation de la petite enfance, avec à la clé les efforts consentis pour une couverture préscolaire plus élargie. Partant du constat selon lequel la part des budgets alloués à l’éducation préscolaire restait faible, et que la situation s’est exacerbée avec la crise sanitaire, Faure Gnassingbé a plaidé pour la promotion de « l’éducation inclusive en offrant aux familles dans les régions les plus défavorisées et aux parents les plus pauvres, la chance d’assurer l’éducation de leurs enfants ». «Nous aurions aussi réglé le problème de l’éducation de la jeune fille qui est parfois victime de l’inégalité des sexes ajoutée à celle des familles où les filles sont malheureusement désavantagées. Ceci pourra donc contribuer à accroître les chances des femmes à accéder au marché du travail», a-t-il confié.

Le chef de l’Etat togolais a invité « les Etats à investir davantage au profit de l’éducation préscolaire, gage de fondements indispensable à un meilleur épanouissement de l’enfant dans son évolution ». Il a, pour finir, lancé un appel à plus de mobilisation des acteurs en vue de réduire significativement le taux d’échec, de redoublement et d’abandon scolaire.

Le Togo pour la période 2018-2021, a consacré près de 20% du budget, hors dette, au secteur de l’éducation. 08% de cette fourchette est attribuée au préscolaire et au primaire. Plusieurs mesures ont été permises dans l’optique d’augmenter de façon significative des taux de fréquentation scolaire. Il s’agit de la gratuité de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire, effective depuis 2008, la généralisation de l’initiative des cantines scolaires dans les écoles publiques.

Notons que séjour du numéro 1 togolais a été une occasion de rencontrer plusieurs personnalités et partenaires. Outre le dîner de travail au Palais royal, à l’initiative de la Reine Elizabeth II, le président togolais a rencontré le chef du gouvernement britannique, Boris Johnson.

JPB

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *