PUTSCH EN GUINÉE : Une mission de la CEDEAO attendue demain à Conakry

Les leaders ouest-africain en session extraordinaire mercredi dernier par visioconférence.

Après avoir suspendu la Guinée de ses instances et exigé une nouvelle fois la libération du président déchu Alpha Condé lors d’une session extraordinaire virtuelle, hier mercredi 08 septembre, une délégation de l’instance  sous régionale est attendue dans la capitale guinéenne demain vendredi 10 septembre. L’objectif de cette mission est d’évaluer la situation.

72 heures après le coup de force des éléments de l’unité spéciale qui a débarqué le président Alpha Condé, les dirigeants ouest africains se sont réunis en session extraordinaire pour se pencher sur la situation en Guinée. D’entrée de jeu, les dirigeants ouest-africain ont condamné le putsch orchestré par le Lt-col Mamady Doumbouya et ses éléments, avant de suspendre le pays de ses instances. Ils ont également exigé la libération sans condition du président Condé retenu prisonnier dans un lieu tenu secret.

Même si à l’issue du sommet extraordinaire, il n’a pas été décidé des sanctions économiques ni sur des sanctions individuelles contre les responsables de la junte, l’institution sous-régionale « tient les putschistes du CNRD responsables individuellement et collectivement de l’intégrité physique » du président déchu. La CEDEAO « réaffirme son opposition sans réserve à tout changement politique par des moyens non constitutionnels », et « condamne avec la plus grande vigueur ce coup de force ». Elle se dit favorable à un retour à l’ordre constitutionnel, ceci conformément aux dispositions du Protocole additionnel de l’organisation sous régionale sur la démocratie et la bonne gouvernance.

Dans la suite de cette session extraordinaire, une délégation de l’instance sous régionale est attendue demain vendredi dans la capitale guinéenne dans l’optique de prendre langue avec la junte au pouvoir. Composée de plusieurs ministres des Affaires étrangères des pays de la sous-région, notamment du Ghana, du Burkina Faso, du Togo et du Nigeria, ainsi que du président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou, cette mission qui se veut diplomatique, devra rencontrer la junte en vue de découvrir « ses intentions », et prendre les nouvelles du président Alpha Condé.

A l’annonce des décisions de la session extraordinaire de la CEDEAO, il n’y a pas eu de réaction officielle de Conakry qui se dit n’être pas surpris par la position de la CEDEAO, mais regrette que l’organisation régionale n’ait pas réagi avant le coup d’État. Le chef de la junte, le Lt-colonel Mamady Doumbouya, a reçu, mercredi 08 septembre, les ambassadeurs de Chine, de Turquie, de Russie, de France, de la Sierra Leone et des États-Unis.

Notons que le chef d’Etat togolais, Faure Gnassingbé, a assisté, par visioconférence, aux travaux  de cette session extraordinaire aux côtés de ses pairs africains.

JPB

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *