INVITE : AMOUZOU GLIKPA, artiste sculpteur

Amouzou Glikpa lors d'une exposition.

Quand on lui demande de définir l’art, il répond invariablement qu’il est le reflet de la société, le miroir de la société ». Le Togolais a exposé partout aux quatre coins du monde, après sa formation en Chine. Il nous parle de son parcours, de ses œuvres, de ses expériences au pays et sa vision de l’art africain ou togolais. Résidant en Allemagne depuis 1995, il vit de son art qui, jusqu’alors, est consommé par l’Occident. Il se dévoile….

Je suis artiste sculpteur, peintre et performeur. J’ai étudié la sculpture à l’académie centrale des beaux-arts de Pékin de 1984 à 1995 où j’obtins le diplôme de maîtrise, sous la direction du professeur SHENG YANG. Basé en Allemagne depuis 1995, j’ai été assistant du professeur ANTHONY CRAGG pendant onze années, tout en évoluant comme artiste libre, faisant des expositions dans plusieurs pays, à travers le monde, notamment la Chine, le Japon, le Brésil, l’Allemagne, la Turquie, la république tchèque, l’Angleterre, la France, le Burkina-Faso, le Togo, pour ne citer que ceux-là. De 1991 à 1992, j’ai réalisé des expositions au Centre culturel français, au Centre culturel américain et au palais des congrès de Lomé.

L’an 2000, j’étais l’un des 200 artistes sélectionnés, de par le monde entier, pour exposer à Paris, sous le pont Alexandre II, exposition dont le titre est  »l’art dans le monde », organisé par Paris musée. En 2001, ce fut à Londres dans le festival international des artistes performeurs « SPAN 2 ». En 2018, j’ai eu l’honneur de réaliser au palais de Lomé la sculpture « les Togolais ».

Quelques œuvres de l’artiste Amouzou Glikpa.

Justement, que dire de cette expérience togolaise ?

En 2018, j’ai eu l’honneur de réaliser au palais de Lomé, la sculpture « les Togolais »; un ensemble de six personnages en bronze de 3 m de haut. Durant cette période, j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs artistes plasticiens togolais et voir des expositions. Plusieurs de ces jeunes artistes sont talentueux. D’aucuns ont vu de prêt l’art moderne ou contemporain occidental. Tous ne sont pas obligés de s’en inspirer, ceux qui le font se doivent de se méfier afin de ne pas égarer leur originalité. Néanmoins il faudrait qu’ils s’inspirent également des sculptures de la culture africaine, qui, elles, sont immensément riches et comportent d’innombrables styles quasi-inépuisables dont s’inspirent les occidentaux eux même. Il faut chercher dehors ce qui n’est pas à la maison, mais il ne faut pas chercher dehors ce qui se trouve dans sa propre maison. 

A mon avis, les jeunes auraient besoin d’être guidés par des exemples précis dans la pratique, mais dans une liberté de création.

Quels sont vos projets pour le Togo ?

Notre très chère patrie est en plein développement. Je souhaiterais apporter ma part à notre édifice en réalisant des sculptures dans les espaces publics d’une part, et en transmettant mes connaissances et expériences aux jeunes artistes togolais.

In LE MEDIUM n°466 du 14 au 20 Septembre 2021.

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *