SOMMET EXTRAORDINAIRE DE LA CEDEAO SUR LA GUINÉE : Les putschistes priés de passer le passer le pouvoir après six mois

Une vue des Chefs d'Etat et de Gouvernement lors des travaux hier à Accra.

Les leaders de la sous-région étaient réunis à Accra au Ghana, hier jeudi 16 septembre, pour faire le point de l’évolution suite au rapport de la délégation de la CEDEAO dépêchée à Conakry en fin de semaine dernière, au lendemain des événements du 05 septembre qui ont provoqué la chute du régime d’Alpha Condé. A l’issue de la réunion, l’organisation ouest africaine durcit le ton : le maintien de la suspension de la Guinée de toutes les instances de l’organisation jusqu’à la restauration de l’ordre constitutionnel, des sanctions ciblées, et une transition de six (06) mois, pas plus.

Photo de famille des Chefs d’Etat et de Gouvernement présents hier à Accra.

Une semaine après la réunion virtuelle des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO au lendemain des événements du 05 septembre qui ont provoqué la chute du régime d’Alpha Condé, un sommet extraordinaire de l’organisation ouest africaine a eu lieu hier à Accra au Ghana. Il était question pour les dirigeants ouest africains de faire le suivi de l’évolution de la situation suite au rapport de la délégation de l’organisation qui a été dépêchée le vendredi dernier à Conakry pour échanger avec la junte.  Et comme il fallait s’y attendre, l’Organisation  se montre ferme par rapport à la junte au pouvoir à Conakry.

Le Présient Faure Gnassingbé a participé aux travaux aux côtés de ses pairs.

Au chapelet des recommandations de la CEDEAO, le maintien de la suspension de la Guinée des instances, une décision qui a été suivie peu après par l’Union Africaine (UA), le retour à l’ordre constitutionnel, le gel des avoirs des membres de la junte au pouvoir à Conakry ainsi que de leur famille. L’organisation a également décidé l’interdiction de voyager pour les membres de la junte, sans oublier l’obligation faite à la junte de passer le pouvoir après six (06) mois. La CEDEAO exige enfin la libération sans condition de l’ex président Alpha Condé.

Pour président de la Commission de la CEDEAO, l’Ivoirien Jean-Claude Kassi Brou, « la transition, qui démarre, doit être une transition de courte durée ». Il souligne que l’Organisation exige que « cette transition ne devait pas dépasser six mois ».

Notons que le président ghanéen, Nana Akufo Addo, devrait se rendre en Guinée, courant cette semaine, en vue de transmettre les conclusions de ce sommet extraordinaire aux nouvelles autorités de Conakry et exiger la libération d’Alpha Condé.

JPB

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *