TOGO / APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS PÉTROLIERS : Vitol dame le pion à ses concurrents

Le Comité de Suivi de Fluctuation des Prix des Produits Pétroliers au Togo (CSFPPP) est à l’œuvre pour assurer la disponibilité des produits pétroliers à notre pays. Toujours déterminé à s’illustrer positivement et avec professionnalisme, le CSFPPP ne se laisse berner voire influencer par des entités sans repaires à la recherche du cash.  Le 17 septembre 2021, le Comité a encore procédé à l’ouverture des plis de l’appel d’offres. Au cours de cette opération qui s’est déroulée dans les conditions un peu agitées, le trader Vitol a gagné le marché face à Crude Energy,  un curieux trader parmi tant d’autres. L’inexpérience et le dossier truffé d’irrégularités, ont eu raison des protégés de l’officiel renifleur du cash.

L’appel d’offres lancé par le Comité de Suivi de Fluctuation des Prix des Produits Pétroliers au Togo (CSFPPP) que chapeaute  le ministre en charge du Commerce ADEDZE Kodjo, a été remporté une fois encore haut les mains par la société Vitol. La victoire du trader dont l’expérience dans le domaine du pétrole n’est plus à compter, intervient dans un contexte où  Fabrice Adjakly  ne participe plus aux appels d’offres. Comme il faut le constater, le trader Vitol n’a donc pas besoin d’un coup de pouce avant de gagner dignement les marchés. Son expertise et les références professionnelles qui s’y rattachent suffisent largement pour convaincre les commissions d’attribution de marchés.

Contrairement donc aux élucubrations d’un plumitif qui prétend que le trader gagne les marchés avec le concours de Fabrice Adjakly, la dernière attribution de marché au trader  a révélé le savoir-faire de cette société mondialement  reconnu. 

Le meilleur trader vient encore de démontrer  sa compétence dans le secteur du pétrole. Vitol n’a pas eu recours à des contorsions pour pouvoir supplanter ses challengers. Tant le dossier présenté plaidait pour lui.

Selon les informations parvenues à notre rédaction, la séance de dépouillement de  l’appel d’offres  a connu des perturbations. De malins esprits roulant pour des esprits tordus se sont livrés à des agissements peu honorant et tendant à influencer le cours des choses. Mais comme le dossier souffrait d’incohérences, toutes les tentatives de passage en force se sont soldées par un fiasco.

En effet, il nous revient que le trader  Crude Energy a affiché des références douteuses. D’abord à propos de son pays d’origine, la traçabilité n’est pas aisée. Un acteur du pétrole fait savoir que Crude Energy tantôt américain, tantôt ghanéen, tantôt togolais. Le flou qui entoure déjà le pays où  cette société est installée, n’augure rien de bon.

Mais  ses partenaires d’affaires au Togo se sont permis de l’introduire dans le circuit d’appel d’offres, sans aucune validation technique ni enquête préalable sur ses antécédents par les services compétents. Or selon l’orthodoxie, toute entité soumissionnaire doit faire objet d’une enquête  préalable de manière à s’assurer de sa crédibilité. Etant donné qu’il s’agit d’un secteur sensible, la moindre erreur peut engendrer des problèmes  aux conséquences lourdes pour le pays.

C’est justement ce qui étonne plus d’un lorsqu’on apprend que des légèretés ont entaché le dépouillement du  17 septembre dernier.

Sur la forme, il y a lieu de préciser que la présentation des dossiers suit un canevas bien spécifique. D’abord,  la Commission chargé de l’appel d’offres exige que tous les dossiers des fournisseurs présents ou représentés physiquement soient présentés avec spirales. Ce critère qui confère à l’opération une certaine respectabilité, a été foulé au pied par Crude Energy, a-t-on appris de bonne source.  Le dossier a été présenté dans des classeurs en lieu et place de spirales. Une pratique contraire à celle habituellement admise.

Curieusement, le président de la commission de dépouillement a semblé s’en accommoder. Ainsi dès l’entame, il ne s’est pas empêché de dire  qu’on n’allait pas rejeter les dossiers de soumissionnaires pour la simple raison que ces dossiers n’étaient pas  » reliés avec des spirales ». Ces propos qui donnent libre cours à un laisser-aller ont offusqué les représentants des autres traders présents ce jour.

Ceci d’autant qu’avec un raisonnement pareil, il y a fort à craindre que le président décide un jour de biaiser les résultats de l’appel d’offres au motif que la commission est souveraine.

Cette crainte n’est pas futuriste, puisque, le président aurait tenu des propos selon lesquels « ils sont en train de réfléchir à comment faire pour que ce ne soit pas toujours le même trader qui gagne, même avec de meilleures offres. Les pistes sont, par exemple, si un trader venait à gagner 2 ou 3 fois, il ne serait plus autorisé à concourir ». Avec un raisonnement pareil, il y a fort à craindre que le président décide un jour de biaiser les résultats de l’appel d’offres au motif que des sociétés ont déjà gagné plus de deux ou trois fois le marché. Ce qui ouvrira la porte à la médiocrité et aux risques liés.

A suivre…

Source : tempsnouveaux.net

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *