TOGO : Porter la couverture forestière à 26% d’ici 2030

Une forêt...

Le document de la politique forestière du Togo vient d’être validé. L’ambition affichée du Togo est de faire passer sa couverture forestière à 26% d’ici 2030. Actuellement, elle est de 24,24%.

Indispensable pour le ministère de l’environnement et les ressources forestières, la politique forestière du Togo est un document programmatique. L’élaboration de cette politique a suivi les six grandes phases, conformément au guide d’élaboration des politiques publiques, édité par le gouvernement. Ainsi l’horizon retenu est 2030, assortie d’une vision de quatre (4) axes stratégiques et de 12 effets fondamentaux. Il vise l’amélioration de la productivité forestière, la conservation de la biodiversité, en vue d’accroître la capacité de séquestration de carbone. Il est autant plus important parce qu’il met en exergue la contribution de la forêt à l’économie nationale, très souvent sous-estimée, faute de données fiables. Par ailleurs, il faut souligner la contribution élevée de la forêt pour le bien-être des populations, surtout celles rurales.

La vision de cette politique est, qu’à l’horizon 2030, le pays puisse atteindre une couverture forestière de 26%. « Pour y arriver, toutes les parties prenantes doivent œuvrer ensemble pour la protection, la conservation et la valorisation des ressources forestières, pour un développement durable », fait-on savoir au ministère de l’environnement et des ressources forestières.

Parlant des quatre axes stratégiques, le premier parle de l’amélioration de la gouvernance forestière, le second traite, du renforcement des capacités, y compris la recherche forestière, le troisième aborde la production soutenue des ressources forestières et le dernier prend en compte la mobilisation des ressources humaines et financières. « La validation de la politique forestière constitue un signal fort à l’endroit de la communauté internationale, dont les interventions futures devront s’intégrer dans les priorités nationales », fait-on savoir au gouvernement. Le document dispose d’un plan d’action, dont la mise en œuvre pour la période 2021-2025 s’élève à 156 000 000 FCFA.

Inventaire forestier

Pour le moment, les résultats renseignent que les forêts denses et les forêts riveraines sont les deux formations végétales dans lesquelles le volume de bois est important, avec respectivement 160 et 175 mètres cubes (m3) par hectare. Au niveau national, la région Centrale est celle qui a le plus fort potentiel en volume moyen de bois, soit 90,93 mètres cubes par hectare, suivie de la région des Plateaux avec 76,12 mètres cubes par hectare. La dernière région du classement est celle des Savanes avec seulement 8,85 mètres cubes par hectare.

Au ministère de l’environnement, on indique que même partielles, ces données sur les ressources forestières doivent faire objet d’une large diffusion auprès des acteurs en vue de les sensibiliser sur la nécessité de gérer durablement l’existant, tout en menant des activités de reboisement et d’enrichissement.

Les données de l’inventaire forestier national sont très utiles pour la politique forestière, la gestion durable des forêts, puisqu’elles permettent de faire la situation et la répartition des ressources forestières, et l’estimation de CO2 émis et absorbé pour le marché carbone. Ces données sont également utiles pour les rapports des différentes conventions et accords internationaux, auxquels le Togo est partie.

Les résultats devraient permettre aussi de renforcer le système national de suivi des forêts (SNSF) et de mettre en œuvre des actions prioritaires définies dans la stratégie nationale REDD+ (2020-2029) du Togo ». Pour augmenter la couverture forestière, des propositions concrètes ont été faites : mettre en œuvre le plan d’actions REDD+ ; poursuivre la mise en œuvre du schéma directeur d’aménagement des ressources forestières et du programme national de reboisement ; promouvoir l’agroforesterie, l’agroécologie et les énergies alternatives.

Enfin, il faut poursuivre les analyses des données pour faire ressortir les accroissements des espèces et ressources forestières. Il faut rappeler que ce deuxième inventaire forestier national est exécuté dans le cadre de la mise en œuvre du projet de soutien à la préparation à la Réduction des Emissions, dues à la Déforestation et à la Dégradation des forêts (REDD+), avec l’appui financier de la Banque mondiale.

Il a pour objectif de mettre, à la disposition du gouvernement togolais, des données quantitatives et qualitatives sur les forêts naturelles et les plantations, en vue d’une meilleure planification des actions de gestion durable des ressources forestières. Il consiste donc à évaluer, de façon quantitative et qualitative, les ressources floristiques et fauniques d’une forêt à un moment donné. Par définition, la forêt est « une surface minimale de 0,5 ha portant des arbres dont les houppiers ou couronnes couvrent plus de 10% de la surface au sol et qui peuvent atteindre à maturité une hauteur minimale de 5 m ».

Selon le premier inventaire forestier national de 2016, le taux de couverture forestière au Togo était de 24,24%, avec une dégradation très prononcée. C’est la région des Plateaux qui occupait la première place, avec un taux de couverture de 32,81% ; la région des Savanes 9,46% ; la région de la Kara 17,04% ; la région Centrale 26,83% et la région Maritime 29,06%.

Koudjoukabalo, In LE MEDIUM, n°483 du 11 au 17 Janvier 2022.

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *