COP15 : « La Déclaration d’Abidjan » pour investir dans la réparation des terres en Afrique

Le président ivoirien, Alassane Drame Ouattara, ouvrant les travaux de la COP 15.

La capitale ivoirienne, Abidjan, a accueilli le 9 mai dernier la 15ème Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification et la sécheresse (CO15 CNULCD). Plusieurs dirigeants africains, dont le Chef de l’État togolais, Faure Gnassingbé, ont pris part à ce grand rendez-vous international qui vise à insuffler une nouvelle dynamique sur les questions environnementales, notamment de sécheresse et de restauration des terres.  A l’issue des travaux, les dirigeants africains ont adopté « la Déclaration d’Abidjan », comme une réponse urgence aux problèmes environnementaux de l’heure sur le continent.

Une vue de l’assistance lors des travaux…

« Terres. Vie. Patrimoine : D’un monde précaire vers un avenir prospère », tel est le thème de ce grand rendez-vous international qui est « un appel à l’action pour faire en sorte que la terre, qui est notre source de vie sur cette planète, continue de profiter aux générations présentes et futures ».

Ainsi à Abidjan, au cours de cette 15ème Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification et la sécheresse (COP15 CNULCD), plusieurs questions ont été abordées, notamment sur comment « apporter un nouvel élan politique aux délibérations des Parties, faire progresser le programme de neutralité en matière de dégradation des terres, et attirer spécifiquement l’attention sur les questions de sécheresse et de restauration des terres ».

Les participants, tout en exprimant leurs profondes préoccupations face à la récurrence et la gravité des épisodes de sécheresse, la dégradation des terres et leurs impacts environnementaux, sociaux et économiques, ont partagé leurs expériences de leadership dans les domaines de préservation et de restauration des écosystèmes terrestres, ceci dans les perspectives du quinzième Objectif du développement durable (ODD 15).

A cet effet, le président togolais, Faure Gnassingbé, a réaffirmé son engagement continu dans la préservation de l’environnement et de la biodiversité, avant d’exposer la vision du Togo sur la thématique, notamment les initiatives nationales pour la promotion de la foresterie communautaire, la restauration des terres, des paysages forestiers et l’augmentation du potentiel forestier. Le numéro 1 togolais a relevé que le pays disposait d’un Plan national de lutte contre la sécheresse et la désertification, et a lancé une campagne nationale systématique et d’envergure de reboisement et d’enrichissement de la biodiversité, chaque 1er juin, avec pour ambition de planter un milliard d’arbres d’ici à 2030.

L’issue des travaux, les dirigeants africains ont, pour répondre à l’urgence climatique, adopté « la Déclaration d’Abidjan », un engagement politique dans la lutte contre la désertification et la sécheresse en Afrique à travers l’investissement dans la réparation des terres.

JPB

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *