0 4 minutes 3 mois

La compagnie Yemenia Airways a été lourdement condamnée, ce mercredi 14 septembre, par le tribunal correctionnel de Paris, pour le crash d’un A310 au large des Comores, en 2009. Un accident qui avait fait 152 morts, dont des Français.

La compagnie aérienne a été reconnue coupable d’« homicides et blessures involontaires » ainsi que d’« imprudences ». Elle devra donc payer une amende de 255.000 euros, soit le maximum prévu par la loi. Yemenia Airways devra aussi verser plus d’un million d’euros de frais d’avocat et de dommages et intérêts à deux associations de victimes. L’avocat de la société a immédiatement annoncé qu’il fera appel.

La compagnie était jugée suite au crash d’un A310, au large des Comores, qui avait fait 152 morts dont 65 Français, en 2009. Les investigations, menées notamment sur les boîtes noires de l’appareil retrouvées au fond de l’océan fin août 2009, avaient conclu que l’accident était dû à une série d’erreurs de pilotage.

« Nous sommes en désaccord avec cette analyse et nous la discuterons devant la cour d’appel », a déclaré Maitre Forster, l’avocat de la compagnie. « Nous insistons sur le fait que la Yemenia persiste sur le fait de se déclarer innocente sur les faits qui lui sont reprochés et que les responsabilités ne lui appartenaient pas. Il y a eu des dysfonctionnements étrangers à la Yemenia », ajoute-t-il.

« Une culture de la sécurité et de la responsabilité défaillante »

Plus précisément, le tribunal correctionnel de Paris a retenu deux imprudences à l’encontre de la compagnie Yemenia Airways. Tout d’abord, elle n’aurait pas dû maintenir les vols de nuit à destination de Moroni à cette période de l’année, surtout parce que certains feux de l’aéroport ne fonctionnaient plus. Et puis, elle n’aurait pas dû affecter un copilote qui n’était pas assez formé à ce vol.

« Les imprudences commises démontrent de la part de la compagnie une culture de la sécurité et de la responsabilité défaillante », a souligné la présidente du tribunal en lisant la décision. Yemenia n’aurait pas dû se contenter « d’espérer que par chance, il n’y aurait pas d’accident ».

La compagnie était uniquement représentée par son avocat, aucun dirigeant n’avait fait le déplacement comme tout au long du procès.

Bahia Bakari, seule survivante de cet accident, s’est dit heureuse de cette décision, même si cela ne la soulage d’aucun poids.

« La décision de justice ne changera pas mon histoire. C’est un soulagement, car je n’ai jamais dit ouvertement que j’estimais la compagnie coupable, j’attendais que la justice se prononce. Les excuses ? Avec le temps, je ne les attendais plus, car je savais qu’on n’allait pas les recevoir. ».

Source : rfi.fr

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, l’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.