0 10 minutes 2 mois

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit l’activité physique comme tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques qui requiert une dépense d’énergie.  Une activité physique régulière est essentielle pour prévenir et mieux prendre en charge les maladies cardiaques, le diabète et le cancer, ainsi que pour réduire les symptômes de dépression et d’anxiété, atténuer le déclin cognitif, améliorer la mémoire et stimuler la santé du cerveau.

C’est dans cette optique que le centre diabeobe d’éducation thérapeutique du diabète et l’association les amis de la joie (un regroupement de diabétiques) ont décrété le mois d’août, comme le mois d’activité physique puisque c’est la période des vacances où beaucoup d’activités sportives se déroulent à l’instar du football et bien d’autres.

Le centre a mobilisé tous les patients diabétiques pour mettre un accent particulier sur l’activité physique sachant qu’elle fait partie intégrante de la prise en charge du diabète. Elle est l’un des piliers du traitement du diabète et les spécialistes disent même que c’est le médicament le moins cher du traitement du diabète. Durant tout le mois d’août, ils ont mis un accent sur cette activité physique avec l’aide du coach de la clinique médico-cardiologique « Cœur de grâce » qui a un centre de réadaptation, d’éducation au sport avec tout un personnel qualifié. Il fallait donc terminer le mois d’août en beauté par une rencontre de partage où il était question d’inviter les spécialistes des activités physiques à intervenir sur quelles activités physiques le diabétique hypertendu peut faire.

Le samedi 3 septembre au centre diabéobe, Dr Ehlan Koffi Efadzi, cardiologue, spécialiste en médecine du sommeil, Dr Fayeu Cindy, médecin généraliste et Dr Kodjo Kossi Serge, endocrinien, diabétologue au Centre hospitalier universitaire (CHU) Sylvanus Olympio, promoteur du centre diabéobe ont entretenu, avec la modération du Dr. Kadjossou Eddy à ORL du CHU Sylvanus Olympio, l’assemblée constituée de diabétiques et des accompagnants sur le type d’activités physiques à pratiquer lorsqu’on est diabétique et/ou hypertendu.

L’équivalent alimentaire

Ce partage a commencé par un atelier sur l’équivalent alimentaire animé par Dr Fayeu Cindy. Cet atelier a permis aux participants de savoir comment se re-sucrer quand on est en hypoglycémie. Pour elle, en cas d’hypoglycémie, on doit prendre 10 à 15g de sucre équivalent de 2 à 3 morceaux de sucre. Le patient diabétique qui n’a pas de morceaux de sucre qu’est-ce qu’il faut prendre à la place. C’est tout l’intérêt d’apprendre aux patients les équivalences entre les aliments. Une cannette de Coca peut faire l’affaire. Le patient peut prendre le tiers de la cannette ou un jus de fruit. Dans ce cas, il faut savoir que 100 ml de jus de fruit font à peu près 10 g de sucre donc s’il doit prendre les 15g, il faut environ 150 ml, un verre de jus est déjà suffisant pour se re-sucrer. Si le patient dispose du miel, il peut prendre une cuillère à café ou de confiture pour se re-sucrer. « C’était l’importance de ce petit atelier sur l’équivalence alimentaire », a confié Dr Kodjo.

Cet atelier a été suivie du partage sur l’activité physique où Dr Ehlan a expliqué à l’assistance, la différence entre l’activité physique et le sport. Les participants ont retenu ce mot de compétition, de règlementation qui encadre le sport alors que l’exercice physique selon l’OMS, c’est tout mouvement exercé pour faire bouger le corps. Dr Ehlan leur a appris les types d’activité physique qui existe telle que l’endurance où l’impact est beaucoup plus cardio-vasculaire. L’activité physique d’endurance recommandée est 150 mn par semaine mais ce serait très intéressant qu’elle soit régulière, c’est-à-dire tous les jours.

Dr Ehlan a parlé aussi de l’activité physique de renforcement musculaire qui a, un impact métabolique sur les diabétiques. « Le fait de travailler les muscles que nous n’avons souvent pas l’habitude de mettre en mouvement comme le biceps, le triceps, les muscles de la cuisse et le quadriceps par des séries d’exercices qui est très important pour agir sur la sensibilité des tissus à l’insuline », a-t-il relevé. Il leur a recommandé cette activité physique de renforcement musculaire deux fois par semaine.

Le cardiologue mis l’accent sur des exercices de souplesse qui sont très importants pour tout démarrage d’activité physique car lorsque les muscles sont plus souples, ils seront plus aptes à faire le renforcement musculaire et à faire l’activité d’endurance. Il a donné des conseils par rapport à la tenue de ces activités qui doivent être adaptées au rythme et à la pathologie du patient. C’est pourquoi, il est important que cette activité physique soit prescrite et que le patient puisse passer voir le médecin spécialiste pour l’aider dans cet effort.

Dr Ehlan a instruit l’auditoire sur les bénéfices de l’activité physique sur la glycémie, la tension artérielle, le poids et le cholestérol surtout sur les mesures à prendre sur le plan cardiovasculaire sachant que l’activité physique intense peut entrainer un sur-risque de décès. D’où la nécessité d’encadrer cette activité physique par certains examens surtout cardiovasculaires.

Renforcer le système immunitaire

 Dr Kodjo a ajouté que l’hémoglobine glyquée peut baisser jusqu’à 0,9% en cas d’activité physique régulière bien faite et bien adaptée. Cela motive davantage le patient parce que l’effet des activités physiques est semblable à certains médicaments du diabète. Cette activité ajoutée à l’alimentation, la baisse de l’hémoglobine glyquée ne peut qu’être effectif. C’est dire aussi que cette activité physique a un impact sur les complications du diabète sachant que souvent les artères des membres inférieurs sont bouchées du coup, le cardiologue ou le médecin qui suit le patient va demander un ré-entrainement à la marche prouvant l’effet positif de l’activité physique. Aujourd’hui, s’agissant des complications rénales, l’activité physique peut aider à diminuer de 30% le risque d’aller vers une insuffisance chronique.

Pour les complications rétiniennes, précisément la rétinopathie diabétique, des études ont montré l’impact positif de l’activité physique sur la réduction de ces complications et sur le renforcement des défenses immunitaires. « Le diabète a été toujours considéré comme une maladie d’immunodépression ; donc en faisant l’activité physique nous augmentons le nombre de globules blancs, le nombre des cellules qu’on appelle les Naturals killers (NK), les cellules tueuses, nous augmentons la potentialité de l’organisme à se défense contre des virus et des bactéries surtout dans les 24 heures qui suivent l’activité physique. Si nous voulons garder un système immunitaire très en forme, il faut faire de l’activité physique tous les jours », a confié Dr Kodjo.

Une patiente a aussi partagé les bienfaits de l’activité physique sur son état de santé grâce au concours du Dr Ehlan et de son coach. Elle est diabétique et hypertendue. L’activité physique mise en place lui a permis de réduire considérablement les médicaments d’hypertension et antidiabétique qu’elle prend voire même arrêter ces médicaments. Un autre aspect qu’elle a touché est que l’activité physique l’a aidé à décompresser.

Conseils utiles

 Il faut toujours apporter du resucrage quand on fait l’activité physique, contrôler sa glycémie avant l’activité et une ou deux heures après l’effort qui est fait pour voir l’impact que l’activité physique a eu sur la glycémie. D’autres aspects qu’on néglige le plus souvent est le port des chaussures adaptées. Il faut choisir la pointure ou des chaussures adaptées dans la journée pour éviter d’avoir des plaies aux pieds. L’hygiène qui doit aussi entourer cette activité physique fera également d’éviter les mycoses et les petites infections au niveau des pieds.

Les patients ont été encouragés à s’adonner à une activité physique régulière adaptée avec les conseils des spécialistes.

Source : @ ATOP

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.