0 4 minutes 2 mois

L’affaire des 46 soldats ivoiriens faits prisonniers à Bamako, prend une autre tournure depuis que le président en exercice de la CEDEAO, le bissau-guinéen Umaro Sissoko Embalo, s’est confié  aux médias français, RFI et France 24. Une sortie pas du goût des autorités maliennes qui ont riposté par une ‘’jolie droite’’ dans une vidéo envoyée à l’AFP.

Comme si cela ne suffisait pas, la réunion extraordinaires des dirigeants des États ouest-africains, hier jeudi à New York, en marge de l’AG de l’ONU, à l’initiative du président Embalo, n’arrange pas les choses.

En plus des « sanctions progressives » contre la junte militaire en Guinée face à leur inflexibilité, les chefs d’État de la CEDEAO ont décidé d’envoyer trois émissaires à Bamako, en vue de convaincre les autorités maliennes de faire diligence en libérant les militaires ivoiriens fait prisonniers depuis le 10 juillet dernier.

Si une certaine opinion juge cette démarche pas du tout opportune car, le sujet étant déjà en voie de règlement par voie diplomatique, ils sont plusieurs à ruminer leur colère face à ‘’roitelet’’ Embalo, président en exercice de la Cedeao, qui fait feu de tout bois, pour sortir de le pouvoir de Bamako de son gong.

Un scénario bien ficelé   

A l’analyse des récents événements, on ne peut répondre que par une affirmative à la question de savoir s’il s’agissait d’un règlement de compte ?

D’abord, on se rappelle que la visite du Président français Emmanuel Macron, reçu en triomphe à Bissau. L’image de président Macron et de son hôte Embalo Sissoko, bras dessus bras dessous, dans les rues de la capitale Bissau, dénote de la complicité entre les deux personnalités. Et quand on sait que l’actuel président de la CEDEAO a essuyé l’affront des bruits de bottes vites maitrisée, par on sait qui, il y a de quoi s’émouvoir.

Comme si cela ne suffisait pas, c’est le même président Embalo qui va parler de ses homologues guinéen et malien, sur des médias vivement critiqués par ces derniers.

En plus, pourquoi un sommet extraordinaire de la CEDEAO ailleurs autre que sur le continent africain ? Pourquoi c’est aux médias exclus du territoire malien que le président de la Cedeao, s’est-il adressé ?… Des interrogations légitimes qui font dire à plus d’un que le président Embalo est simplement en mission. Car, la Guinée et surtout le Mali, ne sont pas dans les bonnes grâces de l’Élysée.

Le comble dans ce scénario à la hollywoodienne, est que le benjamin des chefs d’État africain, le dépêche à Bamako trois de ses ainés, pas des moindre, pour faire plier les caïds qui ont eu le cran de dire NON à certaines choses anormales. Comme pour dire, je suis au pouvoir, j’ai le pouvoir….mais attention au revers !

Corga

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.