0 3 minutes 2 mois

Folie meurtrière ou pulsion meurtrière ? Quel que soit leur état mental, on ne peut pardonner certains actes qui tranchent avec la morale et les lois sociales.

La cruauté et la méchanceté de ce monde ne sont plus à démontrer. Certaines personnes n’hésitent pas à donner la mort à leur prochain et même des parents n’hésitent pas à ôter la vie à leurs propres enfants. Très affamée et n’ayant aucune issue, une mère décide de se satisfaire avec la chair de son enfant alors que celui-ci n’a que six mois. Elle l’a ainsi découpé et mis les morceaux et mis au feu.

Les faits se déroulent dans le village Badjengo dans l’arrondissement de Pioa dans le département de la Benoue, au nord du Cameroun. Même si la misère est la chose la mieux partagée dans cette partie du pays, ce crime crapuleux interpelle nos consciences.

Selon les informations rapportées par le confrère de @24jours, cette jeune femme, la trentaine avec deux enfants à charge, avait l’habitude de demander aux voisins à manger. Mais le jour du drame a été particulier.

Les résidents du village se sont réveillés d’une manière brutale en raison de ce fait plutôt surréaliste. La jeune femme a découpé son enfant de six mois et a introduit les parties du corps dans la marmite et s’apprêtait à cuisiner sa progéniture.

Bouleversé par la scène scandaleuse, le deuxième enfant, âgé de deux ans seulement, a pris la fuite avant d’alerter les voisins. Les forces de sécurité, notamment les éléments de la brigade de gendarmerie de Pitoa, se sont précipités sur les lieux. Scandale !

…La femme a été arrêtée sur le champ, et une enquête ouverte afin de savoir quel est l’état d’esprit de la mise en cause et quels sont les mobiles de l’acte inattendu.

Selon un témoin, la femme demandait constamment de la nourriture à ses voisins. Il souligne que cette dernière aurait pu le faire à cause de la faim. La source avoue enfin qu’elle pourrait souffrir d’un problème mental car, aucune mère, digne de ce nom, ne pourrait  poser un tel acte.

Cette affaire horrible prouve bien qu’au-delà d’être des donneuses de vies, certaines femmes sont cachent également la noirceur de la mort.

Source : @ScooperNews

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.