0 6 minutes 2 mois

La prise d’un médicament associant l’ibuprofène et la codéine à des doses plus élevées que celles prescrites peut être mortelle. L’Agence européenne des médicaments (AEM) a publié cette semaine une mise en garde contre les conséquences de la prise de ces deux médicaments, un anti-inflammatoire et un alcaloïde en vente libre dans les pharmacies de certains pays européens.

Le comité d’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance de l’AEM recommande que la notice de ces médicaments comprenne une mise en garde contre « des dommages graves, y compris le décès, en particulier en cas de prise prolongée à des doses supérieures à celles recommandées ».

« Le comité a examiné plusieurs cas de toxicité rénale, gastro-intestinale et métabolique qui ont été rapportés en association avec des cas d’abus et de dépendance à la codéine, avec des associations d’ibuprofène, dont certains ont été fatals », ajoute l’Agence européenne des médicaments.

L’ibuprofène est l’un des médicaments analgésiques, antipyrétiques et anti-inflammatoires les plus utilisés dans le monde.

Il fait partie du groupe des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) avec l’aspirine, le kétoprofène et le naproxène, entre autres, et agit dans l’organisme en réduisant les hormones qui provoquent la douleur et le gonflement.

La codéine est un opioïde, comme la morphine ou l’oxycodone. Lorsqu’elle pénètre dans l’organisme, une petite partie de la substance est transformée en morphine et agit sur le système nerveux central et le cerveau pour bloquer la douleur.

Elle est utilisée pour traiter les douleurs modérées ou sévères lorsque le paracétamol, l’aspirine ou l’ibuprofène seuls ne suffisent pas. Elle est également recommandée pour la réduction de la toux lorsque les autres médicaments n’ont pas fonctionné.

La codéine réduit également l’anxiété et le stress causés par la douleur.

Comment choisir le meilleur antidouleur

« La codéine a historiquement été utilisé en postopératoire, après des interventions chirurgicales mineures. Si on vous enlève les amygdales ou si vous subissez une intervention chirurgicale mineure, on vous dira peut-être de prendre de la codéine pendant quelques jours », a déclaré à BBC Mundo Peter Chai, médecin urgentiste et toxicologue médical à la Harvard University Medical School.

M. Chai a déclaré qu’aux États-Unis, la codéine est associée au paracétamol plutôt qu’à l’ibuprofène, mais que cet opioïde n’en reste pas moins hors d’usage en raison de ses inconvénients, notamment le fait que chaque personne le métabolise « de manière très différente et à des rythmes très différents ».

Un autre inconvénient majeur de la codéine est qu’elle engendre la dépendance, il n’est donc pas recommandé de l’utiliser pendant plus de trois jours.

« Il y a deux aspects à considérer dans une pilule combinée de codéine et d’ibuprofène. Il y a certainement un potentiel d’abus de la codéine parce que c’est un opioïde comme la morphine, l’oxycodone ou l’hydromorphone », a déclaré M. Chai.

« Mais si quelqu’un en abuse ou à une dépendance de la codéine co-formulée avec de l’ibuprofène, il a des problèmes car il existe des toxicités connues, qui sont associées à l’ibuprofène telles que des symptômes gastro-intestinaux et des lésions rénales », a-t-il ajouté.

L’AEM signale que lorsque ce médicament est pris à des doses supérieures à celles recommandées ou pendant une période prolongée, il peut provoquer une acidose tubulaire rénale, c’est-à-dire une atteinte des reins qui les empêche d’éliminer correctement les acides du sang dans l’urine.

La Chicha et le Tramadol interdit dans une commune au Mali

Un mauvais fonctionnement des reins peut entraîner des taux très bas de potassium dans le sang, ce qui provoque une faiblesse musculaire et des vertiges.

Chez les personnes âgées qui ont déjà des problèmes rénaux ou de tension artérielle, l’ibuprofène peut également provoquer des lésions rénales parce qu’il diminue le flux sanguin dans cette zone, a expliqué Peter Chai.

« Il y a eu une pression pour s’éloigner de ces produits combinés parce qu’ils apportent des problèmes à ceux qui les utilisent », a déclaré l’expert et professeur à l’Université de Harvard.

Source : @bbc

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.