0 4 minutes 1 mois

Le bras de fer entre le Mali et la France continue de plus bel. Hier 18 octobre le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Abdoulaye Diop,  s’exprimait en marge de la réunion ordinaire du Conseil de sécurité des Nations Unies, au sujet du rapport trimestriel du Secrétaire général de l’ONU sur la situation au Mali. Le diplomate malien dit que son pays se réserve le droit de la légitime défense si la France continue à porter atteinte à sa souveraineté et la sécurité du pays.

« Le Mali se réserve le droit de recourir à la légitime défense, conformément à l’article 51 de la Charte des Nations unies, si la France continue à porter atteinte à la souveraineté de notre pays, à son intégrité territoriale et à sa sécurité nationale », a déclaré le 18 octobre 2022, Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale.

Le diplomate malien s’exprimait en marge de la réunion ordinaire du Conseil de sécurité de l’ONU sur le rapport trimestriel du Secrétaire général des Nations Unies sur la situation au Mali.

« La France n’a jamais violé l’espace aérien malien. Je conteste formellement toute violation du cadre juridique bilatéral », réplique Nicolas de Rivière, représentant permanent de la France au Conseil de Sécurité.

Pour sa part, Abdoulaye Diop, chef de la diplomatie malienne, dénonce une guerre par procuration qui lui est imposée tout comme les manœuvres et les entraves à la tenue de cette réunion spécifique pour la manifestation de la vérité.

Nicolas de Rivière rappelle que le redéploiement de l’opération « Barkhane » en dehors du territoire malien, s’est achevé le 15 août 2022, avec le départ du Mali du dernier soldat français.

« Je regrette les accusations graves et infondées portées contre la France de manière répétée par les autorités de transition. Je rappelle que la France s’est engagée pendant 9 ans au côté du Mali, à la demande de ce pays, pour combattre les groupes armés terroristes et que 59 soldats français ont payé le prix de leur vie dans ce combat », se défend l’ambassadeur de la France au Conseil de sécurité.

Le Mali demande en outre que la France soit porteuse de la demande de la réunion d’urgence réclamée par les autorités maliennes.

Pour rappel, le Mali avait saisi le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies assurant être en mesure de prouver que la France a armé et renseigné des groupes terroristes.

Avec Afrikahabari

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.