0 6 minutes 1 mois

Près de 100.000 étudiants ont effectué lundi le 24 octobre 2022 la rentrée universitaire pour le compte de l’année académique 2022-2023. La nouvelle année va consolider les innovations techno-pédagogiques auxquelles l’Université de Lomé a fait recours pendant la crise sanitaire. Prof Dodzi Kokoroko annonce en ce sens des investissements dans les infrastructures pédagogiques et des réflexions profondes sur l’architecture et la qualité de l’offre pédagogique.

Lundi,  dans son adresse à la communauté universitaire de Lomé, le président de l’Université de Lomé a témoigné aux  étudiants, personnel administratif, technique et de service et enseignants-chercheurs, sa gratitude pour les efforts consentis durant l’année académique écoulée.

Le Prof Dodzi Komla Kokoroko a ensuite rappelé que dans le contexte de la Covid 19, l’Université de Lomé a expérimenté l’enseignement distanciel (e-learning) à travers la plateforme moodle. Cette innovation techno-pédagogique requiert d’une part, des équipements et un cadre adéquat, et, d’autre part, l’engagement du personnel enseignant à s’approprier les nouvelles pratiques pédagogiques, ainsi que la disponibilité des étudiants à apprendre à travers ces nouvelles pratiques.

Il ajoute que consciente de la nécessité d’améliorer la qualité interne et externe des activités académiques, l’Université de Lomé s’est engagée dans le renforcement infrastructurel et matériel en appui aux réformes de structuration du cadre de formation. Dans la même dynamique, l’Etat togolais a consenti des efforts  pour améliorer les conditions de vie et de travail du personnel enseignant.

Des enseignants ont failli à leurs missions

Pour Prof Kokoroko, vu les efforts consentis, il devrait y avoir une  participation plus active de tout le personnel enseignant à l’animation des activités académiques et de recherche, la performance des pratiques pédagogiques et l’excellence des activités de recherche.

Il est cependant, dit-il,  regrettable de constater que, certains enseignants sont plus actifs dans d’autres secteurs d’activités, manquant ainsi d’assumer avec assiduité, non seulement leurs charges statutaires, mais également les encadrements des travaux de thèses et de mémoires.

« Ces collègues brillent, en effet, par la faible appropriation des nouvelles techniques et pratiques pédagogiques pour accroitre le taux de réussite des étudiants et, surtout, favoriser l’acquisition de véritables compétences opérationnelles par les diplômés », a déploré Prof Kokoroko.

A cet effet, il assure que l’accompagnement pédagogique dans l’enseignement supérieur devrait désormais rimer avec la disponibilité de l’enseignant à appréhender la confrontation des défis complexes comme une opportunité de développement cognitif.

Attente pour la prochaine rentrée universitaire

Parallèlement, Prof Kokoroko assure que la belle cinquantenaire n’a d’ailleurs pas démérité devant les défis de la modernité et de la modernisation en convoquant son Plan stratégique de Développement.

« Dans cette optique, l’année universitaire 2022-2023 sera consacrée aussi bien à des investissements dans les infrastructures pédagogiques qu’à des réflexions profondes sur l’architecture et la qualité de l’offre pédagogique. La finalité est de continuer à offrir à la rentrée 2023-2024, des formations diversifiées, adéquates et professionnalisantes, répondant davantage aux besoins de la société », a promis le ministre.

Il exhorte les enseignants à participer activement à cette mutation. Car pense-t-il, il y va de l’avenir d’enseignants d’université, en mettant en harmonie les critères d’efficacité, d’intégrité, de dévouement, d’audace, de solidarité, d’humilité et d’agilité à tous les maillons de la chaine académique.

Au personnel administratif, technique et de service, il l’invite, devant les grands défis de la mission de l’Université de Lomé, au don de soi, au travail bien accompli dans un esprit collaboratif. Il convie enfin, chaque étudiant à être un acteur rigoureux de sa formation, un citoyen engagé, un protecteur de l’environnement et un défenseur des biens publics universitaires.

Notons qu’en prélude de cette reprise des cours universitaire, le président de l’université de Lomé avait mis en garde sur les actes inciviques au sein de ce temple de savoir.

Dans un communiqué rendu public le 21 octobre 2022, la présidence de l’Université de Lomé informe la communauté estudiantine de la mise sous vidéo surveillance des amphithéâtres.

Selon ce communiqué, « les comportements inciviques, notamment, la vente de toute sorte de produits, sont formellement prohibés dans les amphithéâtres, les agoras, les salles de cours et sur les aires du campus ». Une politique visant la salubrité. L’objectif de cette mesure est de maintenir l’état de propreté des infrastructures entièrement rénovées par de  meilleures conditions d’étude. Par ailleurs, le Président de l’UL informe également que « les amphithéâtres sont mis sous vidéo-surveillance et que tout étudiant qui transgresserait ces mesures, sera identifié et traduit devant le conseil de discipline de l’institution ». L’usage systématique des poubelles disposées sur les aires du campus est donc fortement recommandé.

Carole A. (In CHRONIQUE DE LA SEMAINE n°672 du 27 Octobre 2022)

macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.