0 8 minutes 2 semaines

Le gouvernement, dans l’optique de redresser l’économie nationale et surtout valoriser les produits locaux, a mis en place depuis trois ans une politique de la promotion du ‘‘consommer local’’. Cette initiative très appréciée, vise à amener les Togolais à aimer et à utiliser le local notamment, l’art, la musique, la gastronomie, le vestimentaire, la culture, la langue et le tourisme. Cependant les efforts et stratégies multiformes mis en branle pour l’atteinte dudit objectif, ont laissé sur le carreau, la promotion du tourisme national et des langues locales.

Parmi les grandes politiques récentes du président Faure Gnassingbé unanimement saluées par les populations togolaises, figure en bonne position la promotion du ‘‘consommer local’’.  Ceci à cause de la fierté identitaire  et des retombées bénéfiques sur le plan santé et économique que procure cette politique prônée par le numéro un togolais. Si les autorités ont réussi aujourd’hui à travers les sensibilisations en particulier, les activités du mois de ‘‘consommer local’’ à faire adhérer la population à la consommation des mets locaux, à l’habillement traditionnel et la culture nationale, en revanche, pour amener les Togolais à valoriser les langues maternelles et les sites touristiques nationale aucune initiative n’est perceptible.

Et pourtant ces deux aspects sont aussi très capitaux pour les biens identitaires, économiques et culturels. Alors que les Togolais attendaient dans le cadre du ‘‘consommer local’’ sur le plan linguistique que l’autorité  rende  obligatoire  l’enseignement des langues nationales du cours primaire jusqu’à l’université, vulgarise le recrutement des enseignants de ces langues locales,  présente des communiqués des conseils des ministres en langues locales ou  sensibilise les parents à l’utilisation des langues maternelles à la maison, c’est au contraire les langues étrangères en l’occurrence l’anglais qui sont mises sur orbite. Bien que celle-ci soit aussi nécessaire, les langues maternelles ne sont pas à négliger.

Tout porte à croire que la valorisation des langues maternelles n’a pas encore de place dans la mise en œuvre du ‘‘consommer local’’. Et pourtant, pour Tijjani M. Bande, Président de l’Assemblée générale de l’UNESCO, il est nécessaire de renouveler l’engagement en faveur de l’enseignement des langues maternelles dans les écoles. « En plus de contribuer à donner une forme précise à nos sentiments, nos émotions et nos pensées, encourager une éducation de qualité par l’utilisation des langues maternelles permet d’exploiter le potentiel intérieur des êtres humains et de faciliter le développement de la pensée critique ».

D’après lui, la mondialisation souligne « l’importance de la fraternité des langues et des cultures dans la construction d’un monde pacifique, tolérant et inclusif ». « Nous devons renouveler notre engagement en faveur de l’enseignement des langues maternelles dans les écoles afin de lutter contre la suppression des identités et du patrimoine culturels », a plaidé le Président. « En tant qu’enseignant, j’ai réalisé au fil des ans l’importance de l’interaction sociale et l’importance de la langue maternelle pour l’identité de soi et ses contributions positives à l’image de soi », a-t-il ajouté.

L’autre richesse qui mérite également d’être mis en exergue dans le ‘‘consommer local’’ est sans nul doute le tourisme local. Il est vrai qu’un petit nombre seulement de Togolais arrive à prendre des congés ou a sortir de leur cadre habituel pour aller à la découverte des sites touristiques afin de changer d’air. Or le  voyage ou le tourisme permet de s’échapper du quotidien et de casser la routine dans laquelle le travailleur s’est installé durant toute l’année.

Partir à l’aventure vers l’inconnu nous fait accomplir des choses hors du commun dans un environnement bien souvent très différent de ce que l’on peut connaître. Il favorise l’empathie, il rend plus créatif, approfondit la compréhension du monde, accroît la conscience de soi et augmente le niveau de confiance. C’est aussi un moment de ressourcement et d’enracinement.  Bref le tourisme joue un rôle important pour le redressement de l’économie nationale et dans l’épanouissement intégral humain. Malgré son importance incontestable sur le plan santé  psychologique et mentale de toute personne, peu de togolais l’inscrivent dans leur agenda annuel.

Le comble ces derniers qui sont pour la plupart issus des familles riches négligent  les sites touristiques dont regorgent le Togo, pour se rendre régulièrement et massivement plutôt sur ceux des pays occidentaux.  Ces rares touristes togolais préfèrent découvrir et vanter la beauté des sites de loisirs des autres pays en méconnaissant ceux qui existent sur le plan national. Ce mépris qui défavorise l’économie nationale et surtout qui ternit l’image du secteur touristique en pleine modernisation dans notre pays, devrait être remédié avec la politique du ‘‘consommer local’’. Mais forces est de constater qu’en dépit des efforts consentis ces dernières années par les autorités en charge du tourisme et de loisirs pour redynamiser le secteur, ces togolais continuent de prendre les airs à chaque congé en direction de l’occident pour se divertir.

Alors que l’ancien ministre Bernadette Legzim-Balouki, affirme qu’aucun coin de notre pays ne doit être étranger à aucun togolais pour quelque raison que ce soit. « Nous sommes tout à fait conscients des problèmes financiers qui peuvent limiter la pratique du tourisme par des nationaux. Cependant, j’invite tous les Togolais à saisir toutes les occasions à travers les relations des parents et les amis originaires de différentes localités du Togo pour voyager et découvrir leur pays. Aucun coin de notre pays ne doit être étranger à aucun Togolais pour quelque raison que ce soit », a indiqué la ministre.

La ministre a invité en son temps, les hôteliers, restaurateurs et agents de voyages à proposer à la clientèle nationale des prix étudiés de leurs prestations, les week-ends, les jours fériés ou lors des fêtes traditionnelles afin d’encourager le tourisme des nationaux pour la découverte du Togo.

Il urge donc qu’une politique de sensibilisation pour la valorisation et la promotion des sites de loisirs et de tourisme nationaux se mène afin que le ‘‘consommer local’’ ne se limite pas seulement à l’habillement, musique, et mets du terroir.

Daniel A. (In CHRONIQUE DE LA SEMAINE n°674 du 10 Novembre2022)

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.