0 5 minutes 2 semaines

En attendant la discussion de la loi de finances exercice 2023 au niveau de l’Assemblée nationale, le projet qui est sur la table du Gouvernement indique que les prévisions sont projetées à 1.957,9 milliards de francs CFA en ressources et charges, une hausse de 4,4% par rapport aux 1.875,8 milliards de francs CFA dans la loi de finances rectificative 2022. Les recettes budgétaires vont s’établir à 1.187,2 milliards de francs CFA, soit une hausse de 10,9% (117 milliards de francs CFA).

« Cet avant-projet de loi intervient dans un contexte sécuritaire qui reste préoccupant et prend en compte les priorités du gouvernement en matière de développement durable traduites dans les programmes budgétaires en lien avec la feuille de route gouvernementale 2020-2025, et les effets des crises actuelles auxquelles fait face notre pays », a indiqué le porte-parole du Gouvernement Akodah Ayéwouadan.

Il informe que l’avant-projet de budget, exercice 2023, consacre aux secteurs sociaux un montant de 623,4 milliards de francs CFA contre 522,2 milliards de francs CFA dans le budget 2022, soit une hausse de 19,6%. La part relative des dépenses sociales dans le projet de budget, exercice 2023, est d’environ 50% tout en poursuivant la mise en œuvre de la loi de programmation militaire.

On annonce de nouvelles mesures en faveur des l’inclusion sociale et l’amélioration du climat des affaires. Ainsi, les primes d’assurance versées par les employeurs pour l’assurance maladie des salariés seront désormais déductibles.

De même, le taux de patente sera revu à la baisse, afin d’accompagner notamment les revendeuses de pagne et rendre compétitif les prix des tissus pagnes. Par ailleurs, dans l’optique d’accompagner le secteur des transports, la taxe sur les véhicules à moteur reste suspendue au profit des transporteurs. Les matériels et engins du secteur  » bâtiments et travaux publics «  seront exonérés de droits et taxes de douane, afin d’accompagner les entreprises de construction et de travaux publics dans notre pays.

Par ailleurs, l’exonération de la TVA sur les cantines scolaires est maintenue et élargie aux cantines universitaires et d’entreprise. En outre, les mesures sociales prises par le gouvernement en 2022 pour améliorer les conditions des populations face à la cherté de la vie, seront poursuivies. Le budget de l’Etat, exercice 2023, financera également la poursuite du programme d’urgence de renforcement de la résilience dans la région des savanes.

« A travers cet avant-projet de loi de finances, le gouvernement entend d’une part, poursuivre les actions de riposte en vue d’atténuer l’impact de la pandémie à coronavirus sur l’économie de notre pays et d’autre part, maintenir les mesures en vue de renforcer la résilience de la population face aux effets de la crise russo-ukrainienne. En outre, le gouvernement poursuivra la mise en œuvre des réformes structurelles visant la stabilité du cadre macroéconomique », annonce le Gouvernement qui projette le taux de croissance du PIB réel à 6,6% en 2023 avec un taux d’inflation maitrisé qui continuera à faire l’objet d’une attention particulière du gouvernement.

En rappel, dans le Budget 2022, un montant de 507,8 milliards de Fcfa, a été consacré aux secteurs sociaux représentant 47,4% du budget total. Les secteurs des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, l’enseignement supérieur, la mise en place des centres d’excellence et des Instituts de formation en alternance pour le développement (IFAD), la santé, l’agriculture, le développement du transport routier, aéroportuaire et portuaire et la consolidation des infrastructures étaient les secteurs priorisés pour cette année 2022. On attend de voir ce qu’il en sera pour 2023.

Ali SAMBA (IN LE MEDIUM n°527 du 15 au 21 novembre 2022)

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.