0 4 minutes 2 semaines

Réunis à Lomé dans le cadre du suivi de la mise en œuvre de l’Accord-cadre de coopération en matière de sécurité et de renseignement signé le 26 avril 2018, à Ouagadougou, les ministres de la sécurité de l’UEMOA ont discuté des avancées notables dans les différents domaines identifiés depuis lors. Ils ont également examiné et apprécié les derniers développements de la situation sécuritaire de l’espace communautaire ainsi que le rapport sur la paix et la sécurité dans l’espace UEMOA pour le premier semestre 2022.

Ceci en lien avec la feuille de route de 2021, adoptée à Abidjan qui fixe les principaux objectifs de cette coopération, à savoir renforcer le partage d’information et de renseignements ainsi que la lutte contre le terrorisme et la criminalité dans les zones transfrontalières ; impliquer la population dans la prévention et la gestion des crises et des conflits et développer des espaces frontaliers de paix et de sécurité. 

Ce nouveau référentiel, qui couvre la période 2021-2025, intègre l’appui à la gestion sécurisée des frontières, une des actions phares du Cadre d’Actions Prioritaires  » Cap 2025  » de la Commission de l’UEMOA.

D’ailleurs la Commission a indiqué que les discussions de Lomé sur le projet d’informatisation et d’interconnexion des postes de police dans l’espace UEMOA est la réponse à l’une des importantes mesures du Plan d’action pour la paix et la sécurité dans l’espace UEMOA du 5 juin 2016.

Conformément aux orientations du président du Comité de Haut sur le chantier Paix et Sécurité, lors de sa 5ème réunion tenue à Dakar, le 7 octobre 2022, la Commission de l’UEMOA mobilisera 70% du budget global qui est de dix milliards soixante-cinq millions cent soixante mille (10.065.160.000).

 « Je suis convaincu qu’au regard de l’importance de ce projet, vous saurez donner les orientations aux directeurs généraux de la police nationale et à l’ensemble des acteurs nationaux pour leur forte implication dans le mécanisme de gouvernance et le dispositif de suivi de la mise en œuvre du projet 2i-PPF « , a souligné, M. Mamadu Serifo Jaquité.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile du Togo, le Général de Brigade Damehame Yark, a rappelé que l’insécurité est aujourd’hui inscrite au rang le plus élevé de leurs préoccupations, en particulier de celles des Chefs d’État et de Gouvernement de l’Union.

Il a indiqué que, les menaces d’actes terroristes se font de plus en plus complexes et les attaques se multiplient avec leur champ d’action qui s’est considérablement élargi, puisque aujourd’hui, il comprend en plus de la zone du Sahel, une importante partie du Golfe de Guinée.

Saluant les résultats obtenus dans la mise en œuvre de l’Accord-cadre de coopération en matière de sécurité et de renseignement, ainsi que les dispositions prises pour en consolider les acquis.

Yark Damehame a relevé que dans le contexte actuel, nul a encore besoin de souligner la nécessité pour les Etats de la zone de renforcer leurs initiatives visant à mieux sécuriser nos territoires.

 » Il n’y a donc pas d’autre alternative que la coopération : coopération dans le domaine sécuritaire, coopération dans le domaine du développement « , a dit Yark.

(IN LE MEDIUM n°527 du 15 au 21 novembre 2022)

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.