0 4 minutes 2 semaines

Lancée depuis avril 2022, la production du ciment CIMCO (Cimenterie de la côte ouest-africaine), marque déjà ses pas sur le marché et dans le secteur des BTP au Togo. Pour cette jeune entreprise, percer le marché togolais était une nécessité afin de satisfaire une clientèle sans cesse croissante et exigeante.

Le marché togolais de la cimenterie, comme d’autres d’ailleurs, était, dans un passé récent, une chasse gardée. A la faveur de l’ouverture des marchés à la concurrence voulue par les plus hautes autorités du pays, plusieurs acteurs ont perdu le monopole et devront faire face à la concurrence, ceci selon les normes commerciales en vigueur.

Depuis avril 2022, CIMCO a percé le marché togolais, gagnant la confiance des consommateurs. « Depuis que CIMCO a mis sur le marché ses produits, nous sommes soulagés parce qu’on faisait des jours sans avoir le ciment pour nos différents chantiers », confie Agossou Défia, chef maçon.

Comme lui, ils sont nombreux ces acteurs des BTP qui reconnaissent, implicitement, que la concurrence a été toujours une bonne chose. Mais pas que ça !

En effet, CIMCO spécialisée dans la fabrication du ciment, conformément aux normes internationales, a déjà fait ses preuves dans d’autres pays de la sous-région, tels que le Burkina Faso, avec deux cimenteries (CIMFASO et CIMASSO), la Côte d’Ivoire, avec CIMIVOIRE…

Selon les premiers responsables de CIMCOM, la politique qualité a toujours guidé leurs actions, ceci que ce soit dans le processus de production ou dans la stratégie Commercial & Marketing de la société.

Ainsi, depuis le démarrage de ses activités, des échantillons de ciment ont toujours été régulièrement contrôlés par le Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP), une structure étatique disposant de moyens et équipements de qualité pour l’audit et le contrôle de tous les matériaux entrant dans la construction et ceux relevant du domaine des BTP.

Pour Benoit Toyouh, entrepreneur des BTP, « tout est question du type de travaux à réaliser et il ne faut pas se tromper sur la qualité du ciment à choisir. Ainsi, en fonction des travaux d’infrastructures (publiques et privées) à réalisés, convient un du type de ciment recommandé. ».

Il est clair donc que le secteur des travaux publics et des BPT n’est pas réservé aux amateurs et autres amoureux des gains faciles. Soit on veut réaliser un ouvrage de qualité, et on met les moyens ; ou bien, on veut bâcler les travaux et jouir du reliquat de l’investissement. Et cette dernière option ne profite à personne, conseille une source contactée au LNBTP.

La Rédaction

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.