0 9 minutes 2 semaines

Cité depuis quelques temps comme l’instigateur de toutes les crises au sein du parti de Gilchrist Olympio, l’Union des Forces de Changement (UFC), le vice-président du parti des jaunes, Elliot Ohin n’en finit pas de faire parler de lui négativement. Que ce soit sur la polémique née autour de la date de création de l’UFC ou celle sur la hiérarchie  des membres du petit cercle proche du président-fondateur, la réaction de l’ancien ministre a toujours fait couler beaucoup d’encre et de salive.

La dernière en date, étalée sur la place publique, est une affaire de détournement de 14 millions de francs Cfa. Elliot Ohin est accusé d’avoir créé en catimini un nouveau compte parallèle au nom de l’UFC, mais à sa signature en complicité avec d’autres non membres élus du bureau directeur du parti.

De quoi accuse-t-on réellement Elliot OHIN ?

Sur le détournement de fonds sur le compte du Parti, UFC (Union des Forces de Changement) ouvert dans les livres de la Société bancaire ECOBANK, sise à Lomé, il ressort des documents authentiques parvenus au Bureau Directeur courant mi-mars 2022, que par des manœuvres frauduleuses avec la complicité, de certaines personnes, Monsieur Elliot OHIN, a réussi à soutirer la somme de quatorze millions (14 000 000) de francs CFA qu’il a transférée sur un nouveau compte parallèle qu’il a fait ouvrir au nom de l’UFC mais à sa signature et à la signature d’autres complices non membres élus du bureau directeur du parti.

Il est à préciser que cette somme détournée est constituée des fonds alloués à l’UFC par le gouvernement au titre du financement de Partis Politiques représentés à l’Assemblée Nationale et des montants versés au titre des perdiems attribués aux délégués des Partis Politiques dans les bureaux de vote lors des législatives de 2018 et lors de l’élection des Conseillers Municipaux de 2019.

L’implication de Elliot OHIN dans cette opération de vol au détriment du Parti ne faisant l’objet d’aucun doute, les membres du Bureau Directeur soussignés ont décidé par voie d’huissier le 13 Juin 2022 de lui adresser une lettre de demande d’explications sur les faits exposés. Le Bureau Directeur tient à informer les militants qu’en date du quinze (15) Juin 2022, la demande d’explication a été signifiée à Monsieur Elliot OHIN qui n’a pas daigné y répondre. Cela fait donc cinq (5) mois.

En tout état de cause, l’acte indécent et ignoble posé ne sera pas impuni quel qu’en soit la qualité ou le titre de son auteur et de ses complices, ceci au regard des articles 32 et 33 du règlement intérieur de notre Parti car « nul n’est au-dessus de la loi », dit-on souvent.

En effet, le règlement intérieur dispose en son article 32 que les détournements de fonds du Parti constituent une faute disciplinaire lourde dont les plus hautes sanctions applicables sont, conformément à l’article 33 alinéa c et f, la suspension ou l’exclusion.

L’acte posé par Elliot OHIN, un des hauts responsables du parti, cause un grand préjudice à l’UFC, juste au moment où la Cour des Comptes s’apprête à demander la reddition des comptes aux partis politiques ayant bénéficié de l’appui financier de l’Etat. Notre parti ne saurait présenter des comptes non justifiés à cette Institution car nous n’accepterons pas que l’honneur de notre Président National et de son parti soit mis en doute.

Le Bureau Directeur rassure les militants dont les droits ont été spoliés par le détournement de leurs perdiems qu’il mettra tout en œuvre pour leur permettre de rentrer dans leur droit.

En conclusion sur ce point, le Bureau Directeur a pris une décision disciplinaire à l’encontre de Monsieur Elliott OHIN conformément aux dispositions des articles 32 et 33 du règlement intérieur ». Elliot Ohin, Vice-président du parti Ufc, a été suspendu par l’Union des forces de changement (UFC).

C’est à travers un communiqué rendu public par une réunion extraordinaire du bureau directeur du parti. Il est reproché au 2e vice-président faisant office sur le terrain de Président du parti, l’inobservation des règles qui régissent le parti.

Dans leur communiqué de suspension,  c’est au cours d’une réunion extraordinaire du bureau directeur du parti que la décision a été prise. Il est reproché au 2e vice-président faisant office sur le terrain de Président du parti, l’inobservation des règles qui régissent le parti et surtout du détournement des fonds du parti. Il devient donc persona non grata de ce parti de l’opposition qu’il prétendait dirigé après Gilchrist Olympio.

Sur la radio Nana FM, la réaction du mis en cause, le  lundi 14 novembre dernier, fut sans appel : «Je suis désolé!» Et de poursuivre : « Pour moi, la morale et la politique ne se dissocient pas et donc, ce que je dirai ici, je dirai la même chose devant la justice de mon pays. Cette accusation est diffamante et intolérable.

Je ne suis pas trésorier de l’Ufc, mais je suis vice-président. L’idée d’ouvrir ce sous-compte  C’est pour éviter les déboires éventuels pouvant découler de ces longues absences et aussi de la disponibilité du Président National à signer les chèques. Je n’ai nullement l’intention de cumuler mon poste de vice-président avec celui de trésorier du parti. Je n’ai jamais détourné un centime du compte de l’Ufc qui est tenu à jour par un gestionnaire comptable engagé qui fait en même temps office du secrétaire général par intérim

Depuis quand on détourne de l’argent en donnant de la traçabilité de l’argent détournée ? Je détourne de l’argent pour le mettre sur un sous-compte de l’Ufc. Il faut vraiment être idiot pour agir de la sorte, mais je ne suis pas idiot, je ne peux pas dire la même chose des auteurs de ce torchon diffamant ».

J’attends vivement un audit des comptes de l’Ufc !

En attendant que la lumière soit faite, il déclare : « Puisque je suis blanc, tout innocent dans cette affaire, je ne laisserai jamais ces individus me salir de la sorte. Tous les auteurs y compris le responsable du journal en ligne Gapola qui publient ce torchon sans aucun travail préalable de journal. Tout ce monde répondra de sa diffamation gratuite devant le juge, nous sommes dans un pays de droit.

Mais en attendant, le message que j’ai à l’endroit du peuple togolais et des adhérents de l’Ufc, c’est de leur dire que je suis désolé pour qu’un homme politique que je suis, vienne parler de cette bassesse alors qu’on devait parler de quoi faire pour augmenter le pouvoir d’achat pour que le Togolais soit soigné correctement et avoir un mieux-être. J’étais juste dans l’obligation de réagir à cet acte grave dont on m’accuse ».

Essobiou A. (CHRONIQUE DE LA SEMAINE n°675 du 17 Novembre 2022)

@macite.info                                      

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.