0 5 minutes 5 jours

A l’adhésion du Togo à la Commonwealth en juin dernier, certaines mauvaises langues avaient vite fait de prêter au Chef de l’État Faure Gnassingbé l’intention de tourner le dos à la Francophonie et à la France. A peine six mois il prend non seulement une part active au 18ème Sommet de la Francophonie à Djerba mais aussi réitéré l’attachement du Togo à l’espace francophone.  Cette déclaration du numéro un togolais démontre sans nul doute son ambition d’élargir le champ de partenariat à notre pays à tous les horizons.

Du 19 au 20 novembre 2022 s’est tenu  à Djerba en Tunisie le 18ème Sommet de la Francophonie. Le Togo a été bien représenté par le chef de l’État Faure Gnassingbé. Membre depuis la création de l’Organisation Internationale de la Francophonie en 1970, avec aujourd’hui plus de 3,5 millions de locuteurs francophones, le Togo est un acteur historique de l’institution.

Au milieu, le Président Faure Gnassingbé au 18è sommet de la Francophonie à Djerba, en Tunisie…

Une opportunité pour le président de la république de nouer d’avantage de partenariat et de négocier d’autres ouvertures pour le bien être de la population. «Cette rencontre m’offre l’occasion de réitérer l’attachement du Togo à l’espace francophone et aux valeurs qui l’animent. Je suis heureux à l’idée de poursuivre et d’approfondir la coopération politique, économique et culturelle avec l’ensemble des États membres», a tweeté le président de la République.

En effet, trente et un chefs d’États et de gouvernements y étaient réunis sous  le sceau du numérique et de l’économie. Toutefois, le sommet de Djerba aura pourtant été très politique et aussi électrique. Mal à l’aise avec la situation qui règne en Tunisie depuis que son président s’est octroyé les pleins-pouvoirs en juillet 2021, le Canadien Justin Trudeau a tout fait pour éviter de croiser le maître de Carthage.

Autre différend, celui qui oppose la RDC au Rwanda. Le Premier Ministre congolais allant jusqu’à bouder la photo de famille pour ne pas apparaître sur un même cliché que Paul Kagamé, le président rwandais. Et c’est justement à propos des tensions sur le continent et dans le monde que se sont entretenus les chefs d’États réunis à Djerba. Ils ont évoqué les grands absents : le Mali, la Guinée et le Burkina-Faso qui n’ont pas été conviés à l’évènement à cause des coups d’État militaires qui y ont eu lieu. Autre sujet de préoccupation : l’Ukraine. Alors que la guerre va entrer dans son dixième mois, le président Volodymyr Zelensky a pu s’adresser par visioconférence à ses homologues des pays francophones.

Un « succès » selon Louise Mushikiwabo

Ce Sommet est pourtant un « succès » selon Louise Mushikiwabo. Un « succès » personnel en tout cas, car la secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie, de nationalité rwandaise vient d’y être élue pour un deuxième mandat.

On notera aussi la très grande affluence populaire au village de la francophonie. Avec parfois 15 000 visiteurs par jour, il a été une ouverture sur le monde bienvenue pour des Tunisiens qui pâtissent d’une crise politique et économique intense.

Le prochain grand rendez-vous de la famille francophone en France aura lieu en 2024 dans la toute nouvelle Cité internationale de la langue française.

            Daniel A. (IN CHRONIQUE DE LA SEMAINE n°676 du 24 Novembre 2022)

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.