0 4 minutes 2 jours

En marge des deux événements organisés à Lomé, courant cette semaine, sur la problématique de la prolifération et la circulation des armes légères et les engins explosifs, une visite de courtoisie couplée d’une séance de travail ont eu lieu entre la Cellule lutte contre les armes légères et les engins explosifs de la CEDEAO et l’UNREC, le 23 novembre dernier au siège de l’institution onusienne en charge de la paix et le désarmement en Afrique.

Cette rencontre a permis aux deux parties non seulement de faire le point de la coopération qui lie l’UNREC à la CEDEAO, et avec chacun des 15 États membres de l’organisation sous régionale, mais aussi d’arpenter des pistes pour une amélioration et un renforcement de cette coopération, ceci pour plus de résultats.

Photo de famille à l’issue de la visite suivie des échanges…

Cette démarche a été mue par la situation sécuritaire complexe que traversent les États de la sous-région, avec l’émergence de nouvelles menaces, notamment l’extrémisme violent. Il était donc de bon ton de donner l’opportunité aux États membres de toucher du doigt ce qui se fait à l’UNERC, et permettre aux présidents des Commissions nationales présentes à cette rencontre, de découvrir les différentes dispositions logistiques existantes pour le renforcement de la coopération entre l’UNREC et les Commissions nationales, composant la Cellule de la CEDEAO.

Ainsi, après la présentation de l’UNREC et ses activités, un tour de table a permis aux différentes Commissions nationales de découvrir davantage le Centre et poser les attentes particulières à chaque État, face aux nouveaux défis sécuritaires.

En effet, souligne le Directeur de l’UNREC, Anselme Yaburi « …le Centre est guidé dans son travail par un plan stratégique (2021-2026) qui demande expressément la priorité à la coopération internationale, notamment avec l’Union africaine (UA) et les organisations sous régionales africaines dont la CEDEAO ».

Créé depuis 1986, l’UNREC apporte une assistance aux 54 États membres de l’UA en matière de paix et désarmement, et contrôle des armes. Selon son Directeur, l’un des aspects est la lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres. Et dans ce sens, le Centre travaille étroitement avec l’Union africaine, mais également plusieurs organisations régionales en Afrique, au rang desquelles la CEDEAO.

Notons que la Cellule lutte contre les armes légères  et engins explosifs de la CEDEAO, est composée des Commission nationales sur les armes légères (NATCOMS).

JPB

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.