0 9 minutes 2 mois

Principale culture de rente exploitée au Togo, le coton contribue fortement au Produit intérieur brute (PIB) sur le plan agricole. Et c’est à raison qu’il fait l’objet d’une attention particulière de la part des autorités d’autant plus qu’il reste une des plus importantes sources de revenus en milieu rural. Ainsi le gouvernement met tout en œuvre pour la diversifier, afin de nourrir les ambitions des industries de transformation qui s’installent de plus en plus au mérite de l’amélioration continue du climat des affaires. Pour atteindre les objectifs, le secteur a fait l’objet d’une réorganisation.

En 2009, l’Etat crée la Nouvelle Société cotonnière du Togo (NSCT), pour réorganiser et professionnaliser la filière. Recherchant à tout prix de la performance dans la production, l’égrenage, la commercialisation du coton graine et la transformation industrielle, l’Etat ouvre en 2020 les actions de la NSCT au groupe OLAM.

Pour la campagne cotonnière 2022-2023, les producteurs sont fortement appuyés à travers deux mesures phares qui portent sur la définition du prix du coton, le maintien de celui des intrants et la mise à disposition des cotonculteurs des semences de meilleures qualités et plus adaptées pour une augmentation des rendements.

Des prix d’achat en hausse pour appuyer les cotonculteurs

S’agissant des prix, la NSTC fixe le prix initial d’achat du coton graine aux producteurs à 300 F CFA le kilogramme de coton graine de premier choix et à 280 F CFA le kilogramme de coton graine de second choix, soit respectivement une hausse de 13% et de 24%, par rapport à la campagne 2021-2022, soit 35 FCFA et 55 FCFA.

Par rapport à la campagne précédente, s’agissant du coût de cession des intrants agricoles aux producteurs, la tarification reste globalement inchangée pour cette campagne. L’engrais NPKSB 12-20-18-5-1 est 295 FCFA le kilo, l’engrais urée 46%N à 27 5 FCFA le kilo, le régulateur de croissance à 2200 FCFA le litre, entre autres. Ces mesures traduisent la volonté d’appuyer et d’encourager les producteurs par rapport aux performances relativement moyennes enregistrées lors des deux dernières campagnes cotonnières.

Pour la campagne 2020-2021, la production s’élevait à 67 185 tonnes de coton graine pour 100.050 4 hectares emblavés soit 672 kg/ha. A cause des aléas climatiques et des impacts de la covid-19, il résulte de la campagne agricole 2021-2022 une production de 52000 tonnes de coton graine sur une superficie de 68 708 hectares. Les producteurs regroupés au sein de la Fédération nationale du Groupement des Producteurs de Coton (FNGPC) se sont fixés comme objectif d’atteindre une production de 225 000 tonnes de coton graine pour un rendement de 1.100 kg/ha à l’horizon 2025.

La menace des Jassides et les solutions du PRPICA

Après les mauvais résultats de production de l’année dernière, les espoirs suscités pour cette année ne seront pas effectifs à cause des insectes ravageurs qui déciment les champs de coton.

Selon Martin Drevon, le Directeur général de la NSCT, les régions des savanes et de la Kara sont les plus touchées. On estime la perte à 10 à 15% de perte de production.  » Les attaques ont été effectuées sur les cotonniers tardifs. Cette attaque est un élément de plus qui affecte la filière. Effectivement, c’est un coup dur « , a-t-il affirmé. Face à la situation, la SNCT et les groupements des producteurs ont demandé aux chercheurs et aux sociétés de fabrications de produits de trouver des solutions à travers de nouveaux produits pour lutter contre les ravageurs.

La rencontre extraordinaire, sur la problématique des infestations massives des jassides, observées durant la campagne cotonnière 2022/2023 dans les pays membres du PR-PICA qui s’est tenue à Lomé, il y a deux semaines a préconisé des actions urgentes pour sauver la saison.

Les solutions

A court terme, il est demandé aux autorités nationales de : prendre en considération l’invasion des jassides comme une menace à la sécurité alimentaire et intégrer les autres filières (Maraîchères, Céréalières, Fruitières, Protéooléagineuses ….) dans leur gestion ; accorder une dérogation spéciale pour l’acquisition des nouveaux produits insecticides efficaces et non encore homologués ; faciliter l’acquisition des intrants aux producteurs ; soutenir la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre les nouvelles espèces des jassides.

Aux filières cotonnières nationales, il est préconisé d’entreprendre des actions auprès des autorités de chaque pays en vue de l’obtention de dérogation pour l’utilisation des nouveaux produits insecticides non homologués ; de mettre à la disposition des producteurs les nouveaux produits insecticides efficaces contre les jassides ; d’appuyer les chercheurs des différents pays à la réalisation de l’évaluation de l’efficacité de nouveaux produits insecticides au cours de cette contre-saison ; d’appuyer au renforcement des capacités des agents d’encadrement, d’appui conseil et des producteurs leaders à la connaissance et la gestion des nouvelles espèces de jassides ; d’appuyer au renforcement des capacités des chercheurs à l’identification morphologique des insectes ravageurs surtout les jassides et la réalisation des tests de toxicologie au laboratoire pour tous les pays membres du PR-PICA ; de faire le plaidoyer auprès des autorités pour la prise en considération de l’invasion des jassides comme une menace à la sécurité alimentaire et intégrer les autres filières (Maraîchères, Céréalières, Fruitières, Protéo-oléagineuses ….) dans leur gestion d’encourager les producteurs à réaliser ensemble les traitements phytosanitaires pour les parcelles du même bloc ; de renforcer le suivi de proximité des agents d’appuis conseils pour l’application des recommandations auprès des producteurs ; de sensibiliser les producteurs à bien réaliser les traitements foliaires.

Aux chercheurs du PR-PICA, il est demandé de continuer la collecte et l’identification des jassides sur le cotonnier et les cultures maraîchères ; de renforcer les capacités des agents d’appui conseil et/ou des producteurs à la réalisation des captures de masse des jassides par les pièges jaunes, lumineux ou l’utilisation des plantes pièges (Gombo, Aubergines……) suivi de traitements insecticides d’élimination ; de renforcer les capacités des agents d’encadrement ou d’appui conseil et des producteurs leaders à la connaissance et la gestion des nouvelles espèces de jassides ; de poursuivre la recherche de nouvelles méthodes de lutte contre les jassides (molécules chimiques, produits biologiques, nouveaux programmes, auxiliaires, associations culturales…); de continuer le suivi de la sensibilité des jassides vis-à-vis des principales molécules; de faire des études sur la bio-écologie des jassides ;

Les producteurs, eux, devraient suivre les recommandations de la bonne gestion des nouvelles espèces de jassides ; utiliser les nouveaux produits insecticides efficaces contre les jassides ; réaliser une bonne fertilisation organique et minérale en termes de doses d’application, de mode d’apport et de période d’application ; d’éviter de cultiver les plantes hôtes (Gombo, Aubergines, Piments, Tomate, Arachide, Haricots, Sorgho, Patates, Oseille, roselle, kénaf, etc.) à proximité des parcelles de cotonniers ; de réaliser les traitements insecticides de façon groupée pour les parcelles d’un même bloc ; de suivre régulièrement la présence des jassides dans les champs et signaler les cas de fortes infestations aux agents d’appui conseil.

Les producteurs devraient aussi réaliser correctement les traitements foliaires et s’assurer d’une bonne pénétration de la bouillie dans la masse végétative.

Au niveau des actions à entreprendre à moyen et long terme, on relève l’appui aux sociétés cotonnières à la mise en place des programmes d’atténuation des changements climatiques en production cotonnière dans l’espace PR-PICA (Autorités nationales) ; l’utilisation des pratiques résilientes face aux changements climatiques (Producteurs), l’appui aux travaux de caractérisation moléculaire des insectes ravageurs surtout les jassides (PR-PICA et Sociétés cotonnières). La sélection des variétés de cotonniers avec une bonne pilosité en nombre et en longueur (Sélectionneurs)…

(In LE MEDIUM n°529 du 29 Novembre au 05 Décembre 2022)

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *