0 5 minutes 2 mois

Après l’attaque terroriste meurtrière survenue dans la nuit du 10 au 11 mai au  poste militaire de Kpékpakandi au Nord du pays faisant, huit soldats  tués et treize autres blessés, les autorités togolaises qui aussitôt ont condamné un assaut « lâche et barbare », ont annoncé plusieurs mesures.  Et parmi ces mesures se trouvent en bonnes places la réorganisation du système de la défense, le renforcement de l’effectif militaire et surtout la dotation en matériels de gros calibres en nombre suffisant et de dernière génération. Ces décisions urgentes qui avaient rassuré la population et les forces de défense et de sécurité suscitent aujourd’hui des interrogations face aux conditions dans lesquelles la dernière attaque qui a eu lieu le 24 novembre dernier à Tiwoli est survenue.

Selon certains médias nationaux, internationaux et des réseaux sociaux, le Togo aurait été une fois encore frappé, cette fois ci en pleine journée dans le septentrion par une attaque jeudi dernier faisant de nombreux morts dans les rangs des forces de défense et de sécurité au front dans cette partie du pays.

«Ce 24 Novembre 2022, aux alentours de 14heures 30, des éléments terroristes en grand nombre appuyés par des véhicules appui-feu de 12.7 mm et de 14.5 mm ont conduit une attaque contre le poste opérationnel avancé de Tiwoli. L’attaque a été vigoureusement repoussée. 13 de nos braves soldats sont tombés au champ d’honneur. Les renforts sont arrivés sur la zone et le ratissage se poursuit», lit-on sur les réseaux.

Un bilan qui aurait évolué jusqu’à 17 morts toujours du côté togolais. Connaissant la rigueur, la détermination et la bravoure du soldat togolais, si l’information est vérifiée, cela voudrait dire que les FDS étaient au moment de l’attaque non seulement en minorité inférieur par rapport aux terroristes mais aussi moins équipés. Donc étouffés sur tous les plans, ce qui inquiète sérieusement la population.

Et pourtant une montée en puissance des effectifs était prévue : selon la loi de programmation militaire, le Togo consacrera 722 milliards de Francs CFA au renforcement des équipements de ses forces armées. Les effectifs passeront de 17 773 hommes fin 2020 à 22 020 en 2025. L’armée de terre, composée de plusieurs unités spécifiques, se verra doter d’équipements supplémentaires avec 15 chars de combat légers, 25 véhicules blindés de transport des troupes, 127 véhicules tactiques légers, 7porte-engins, 4 véhicules légers de commandement, 19 véhicules légers de reconnaissance et de liaison, 20 embarquements motorisés.

Certes, la détermination du chef de l’État Faure Gnassingbé et son gouvernement au côté des FDS dans cette lutte sans merci contre les terroristes au Togo en général et dans les savanes en particulier n’est plus à démontrer. Cependant il urge une accélération dans la mise en œuvre des différentes orientations afin d’éviter les erreurs qui ont en un moment affaibli le système sécuritaire au pays des Hommes intègres.

En effet, une bonne partie du territoire du Burkina Faso est sous le contrôle des hommes sans loi ni foi. Cette situation est survenue en grande partie à cause de la démoralisation des forces de défense burkinabé suite à de nombreuses victimes qu’elles enregistrent souvent lors des attaques terroristes, ceci dû au manque criard en ressources humaines et matérielles sophistiquées sur le terrain des combats. 

En ce moment où le nouvel homme fort du Burkina Faso ne lésine sur aucun moyen pour mettre en déroute et hors des frontières de son pays ces terroristes, ces derniers, peuvent en revanche chercher refuge au Togo, il va valoir urgemment doter l’armée des moyens qu’il faut. Notamment renforcer les FDS en ressources humaines surtout expérimentées et de surcroît en matériels lourds capables de pulvériser toute force ennemie qui tenterait de déstabiliser le Togo et surtout pour également booster le moral à ces  hommes et femmes qui veillent au grain nuit et jour sur l’intégrité du territoire national.

Daniel A. (IN CHRONIQUE DE LA SEMAINE n°677 du 1er Décembre 2022)

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *