0 6 minutes 2 mois

Une grosse simulation d’un crash a eu lieu vendredi 03 Décembre dernier à l’Aéroport International Gnassingbé Eyadéma de Lomé, dans le cadre de la troisième édition de l’Exercice du plan d’urgence de l’aéroport international Gnassingbé Eyadema de Lomé (EPULO) 2022. Organisé par la SALT (Société aéroportuaire de Lomé-Tokoin), cet exercice visait à tester la réactivité des différents organes de l’aéroport impliqués dans la gestion d’une pareille situation crise.

Un avion transportant 55 passagers, dont trente-trois (33) hommes et dix-huit (18) femmes parmi lesquelles deux (02) enceintes, quatre (04) enfants dont deux (02) bébés et cinq (05) membres d’équipage, et du matériels chimique a raté la piste d’atterrissage et a fini sa course dans le vaste terrain contigu. Bilan : 02 morts, 30 blessés graves, et des dégâts matériels importants.

Des images de l’opération de sauvetage après la simulation du crash d’avion à l’Aéroport de Lomé

En plus du bruit de l’explosion due au contact de l’appareil au sol, il y a des flammes, et la fumée qui en sort, noircit le ciel de la capitale, du côté du quartier populeux de Bè, a alerté les secours, qui ont, tout de suite, lancé les opérations de sauvetage, pour sauver des vies.

Ce décor parfait d’un crash se déroule à une demi-douzaine de mètres de la clôture de l’aéroport Gnassingbé Eyadéma de Lomé.

Le retentissement de sirènes lancent automatiquement les mouvements des ambulances et autres véhicules d’intervention. La zone de l’aéroport est bouclée afin d’éloigner les curieux qui sont de potentiels victimes en cas de poursuite des explosions, et pour éviter la cohue sur le lieu du drame en vue de ne pas ralentir l’intervention des secours.

En premiers, les sapeurs-pompiers débarquent et tentent d’éteindre les braises. Un Poste médical avancé (PMA) est vite installé pour soigner les blessés sur place. Dans les tentes,  des blessés légers tous ensanglantés sont accueillis pour les premiers soins. De ces tentes, fusaient des cris : «Sauvez-moi », «… Je ne veux pas mourir !», « J’ai une femme et deux filles, sauvez-les ! », « Docteur, docteur…par ici »…

Outre ces tentes de fortune, un centre de soins d’urgence est établi dans la Maison du Hadj, à quelques centaines de mètres du lieu du sinistre. Les familles, alertées dans la foulée, prennent d’assaut le site de l’aéroport, lieu du drame, pour s’enquérir des nouvelles de leurs proches.

Ce décor parfait d’un film hollywoodien est une simulation afin de voir interagir les différents organes de l’aéroport pour gérer une situation de crise, ceci dans le cadre de la 3e édition de l’Exercice du plan d’urgence de l’aéroport international Gnassingbé Eyadèma de Lomé (EPULO) 2022.

A l’heure du point de l’opération lors du point de presse au Centre de traitement des opérations d’urgence (CDOU) de l’aéroport, le Directeur Général de la Société aéroportuaire de Lomé Tokoin (SALT) et Directeur de l’exercice, le Col Gnama Latta, se réjouit de la réactivité des différents organes. « Ce que nous recherchons, nous l’avons trouvé : le réflexe, la célérité (…) Tout le monde a joué sa partition» ceci, avec même une avance de 52 minutes sur le temps de clôture, a-t-il  lancé, avant de situer l’opération.

« Tester la réactivité des différents organes qui composent notre cellule de crise : combien de temps ils mettent pour être sur la zone. Quelles sont les actions qu’ils déploient pour sauver les gens ? Comment on déploie le PMA et surtout le service SLI pour éteindre les flammes ? Le cordon pour sécuriser la zone ? », tels sont les objectifs que nous poursuivons en lançant cette opération.

Les ministres des Transports aériens, ferroviaires et terrestres Affoh Atcha-Dédji, et de la Sécurité et de la protection civile, Gal Yark Damehame, sont unanimes : « On ne dirait pas que c’est une simulation (…) On se croirait dans la réalité », ont-ils soutenu avant d’inviter à poursuivre de pareils exercices pour que cette réactivité qui a été observée sur le terrain, « soit un réflexe ».

Notons que cet exercice s’est déroulé en présence des représentants de structures aéroportuaires de pays frères comme le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Cameroun et la Centrafrique. Ceux-ci estiment qu’il s’agissait d’une « opération de belle facture…» qui mérite d’être implémentée dans les autres pays.

JPB

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *