0 12 minutes 2 semaines

Qualifiée de difficile, d’impossible et même d’échec par ses détracteurs à un certain moment crucial de son intervention dans l’affaire des 49 soldats ivoiriens, la médiation du président de la République Faure Gnassingbé dans ce dossier a démontré à ceux qui doutaient de sa réussite que c’est la fin qui justifie les moyens. Considérés comme  mercenaires par les autorités maliennes, les 49 militaires ivoiriens arrêtés le 10 juillet 2022 à leur descente d’avion à Bamako  puis lourdement condamnés le 30 décembre dernier, peuvent souffler après six mois d’attente de libération. Une décision qui porte exclusivement la marque de l’efficacité de la diplomatie du chef de l’État togolais reconnue par les deux pays frères en difficulté. D’autres esprits avisés expliquaient déjà d’avance les raisons de cette libération, notamment la détermination du Togo à créer un climat de paix entre les peuples, une valeur ancestrale incarnée par Faure Gnassingbé.

La diplomatie togolaise qui a le vent en poupe, a montré son efficacité. Le travail de fond du Président Faure Gnassingbé, médiateur dans l’affaire des 49 militaires ivoiriens porte ses fruits.  Grâce à son sens de dialogue, d’écoute le président togolais a su obtenir la miséricorde auprès du pouvoir de Bamako  pour ces soldats malgré leur lourde condamnation par la justice malienne. Cette libération intervient quelques heures seulement après une mission de bons offices du Président togolais Faure Gnassingbé au Mali et en Côte d’Ivoire. En effet suite à son tout premier voyage de l’année 2023 qui l’a conduit successivement au Mali puis en Côte d’Ivoire le mercredi 4 janvier dernier, la grâce présidentielle a été accordée à ces détenus ivoiriens.

Les militaires ivoiriens remerciant le chef de l’Etat togolais, après avoir été libérés…

Par un décret présidentiel du 06 janvier 2023, le Président de la transition malienne, Colonel Assimi Goïta, accorde sa grâce avec remise totale de peines à leur profit après six mois de détention. L’information émane du communiqué N° 43 du gouvernement de la transition malienne, lu le vendredi soir par le porte-parole du gouvernement, Colonel Abdoulaye Maïga. Les 46 hommes et 3 femmes militaires de nationalité ivoirienne n’auront purgé que sept jours de leurs différentes peines allant de 20 ans à la peine de mort. Cette décision casse la lourde condamnation qui avait été prononcée à leur encontre le 30 décembre 2022 par la cour d’appel de Bamako. Les 46 soldats encore détenus avaient alors été condamnés à vingt ans de réclusion criminelle et à 2 millions de FCFA (3000 euros) d’amende chacun, tandis que les trois soldates de leur contingent, libérées « à titre humanitaire » par le Mali début septembre, avaient été condamnées par contumace à la peine de mort et à 10 millions de FCFA d’amende chacune.

Tous ont ainsi été reconnus coupables et ont été inculpés pour « crimes d’attentat et de complot contre le Gouvernement, atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat, détention, port et transport d’armes et de munitions de guerre ou de défense intentionnellement en relation avec une entreprise individuelle et collective ayant pour but de troubler l’ordre public par l’intimidation ou la terreur», a précisé le procureur général dans un communiqué. Des accusations qu’Abidjan n’a eu de cesse de réfuter, soutenant que ces soldats avaient été envoyés au Mali pour participer à la sécurité du contingent allemand déployé dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma).

Cependant  « le gouvernement de la transition et le peuple malien remercient SE le Colonel Assimi Goïta, pour ce geste qui démontre une fois de plus son attachement à la paix, au dialogue, au panafricanisme, à la préservation des relations fraternelles et séculaires avec les pays de la région, en particulier celles entre le Mali et la Côte d’Ivoire », déclare le Colonel Maïga. Selon le communiqué, cette mesure de grâce prise en toute indépendance, symbolise le souci du Président Goïta, à « promouvoir la bonne gouvernance, dans le cadre de la Refondation du Mali, à travers le respect de l’indépendance de la Justice et la non-ingérence de l’Exécutif dans les affaires judiciaires ».

Il faut souligner que la mesure de grâce prise par le Président de la transition, vient ainsi conforter la dynamique créée suite à la signature à Bamako initiée par le numéro un togolais, le 22 décembre 2022, du Mémorandum d’entente relatif à la promotion de la paix et au renforcement des relations d’amitié, de fraternité et de bon voisinage entre la République du Mali et la République de Côte d’Ivoire, et dont le Togo en était superviseur.

Les militaires ivoinriens de retour au mays, ont été reçus par le président Ouattara

A cet égard, le gouvernement de la transition renouvelle sa profonde reconnaissance au Président de la République Togolaise, Faure Essozimna Gnassingbé, « pour ses efforts inlassables et son engagement constant pour le dialogue et la paix dans la région», affirme le Colonel Abdoulaye Maïga.

Aujourd’hui, les talents de négociateur et de faiseur de paix et de cohésion dans la sous-région du président Faure Gnassingbé sont reconnus par tous, car cette libération n’est pas donnée.

Le président de la Commission de l’UA Moussa F. Mahamat félicite le président Faure Gnassingbé pour sa facilitation.

C’est ainsi qu’après le président Assimi Goïta dans le communiqué de grâce et son homologue Alassane Ouattara à la réception des 46 militaires, la CEDEAO et l’Union africaine saluent vivement les acteurs ayant contribué à la fin heureuse de l’affaire des « soldats ivoiriens détenus à Bamako depuis le 10 juillet 2022 », principalement le président de la République togolaise, Faure Essozimna Gnassingbé.

« Je me félicite du dénouement heureux de l’affaire des soldats ivoiriens arrêtés au Mali. Je salue la sagesse des autorités ivoiriennes et maliennes d’être parvenues à une solution diplomatique. Mes félicitations au Président Faure Gnassingbé qui a inlassablement contribué à la résolution de cette crise », a réagi Moussa F. Mahamat, actuel président de la Commission de l’Union Africaine.

À la suite à ces réactions, le Président Faure Gnassingbé a de son côté déclaré via son compte twitter : « Je me réjouis de la mesure de grâce présidentielle accordée par Son Excellence le Colonel Assimi Goïta, Président de la Transition malienne aux 49 soldats ivoiriens arrêtés à Bamako le 10 juillet 2022.» Saluant la disponibilité et l’esprit de dialogue des chefs d’État du Mali et de Côte d’Ivoire, qui ont concouru à cet heureux aboutissement, le Président togolais réitère que le Togo continuera inlassablement d’œuvrer au renforcement de la coopération régionale, car, « convaincu de l’importance de la paix et de l’entente entre les États pour le bien-être des peuples».

A l’instar des trois premières soldates libérées, les 46 militaires ivoiriens relâchés par la grâce présidentielle, ont, en signe de reconnaissance du travail diplomatiques impeccable hors pair abattu par le président Faure Gnassingbé, fait une escale le samedi 7 janvier 2023 à Lomé avant de rejoindre leur pays. En route vers Abidjan, la délégation ivoirienne a observé une halte à Lomé pour s’acquitter d’un devoir de gratitude envers le chef de l’Etat togolais pour son implication dans la gestion de la crise née de l’arrestation de 49 soldats ivoiriens au Mali en juillet 2022.

Au nom du Président de la République de Côte d’Ivoire, Son Alassane Ouattara, le ministre d’État, ministre de la défense, Téné Birahima Ouattara a exprimé la profonde reconnaissance de son pays au chef de l’État togolais pour sa médiation qui a conduit au dénouement heureux de la situation. « Le Président Ouattara nous a demandé de venir remercier le Président Faure Gnassingbé pour l’action qu’il a menée pour obtenir la libération des 46 soldats après celle des trois femmes militaires, déjà libérées en septembre 2022]. Il a fallu toute la détermination du Président de la République Togolaise durant ces six mois pour que nous puissions obtenir ce résultat aujourd’hui ».

Pour sa part, le ministre togolais des Affaires étrangères, le Professeur Robert Dussey a réitéré l’engagement du chef de l’Etat qui a fait aboutir ce processus et obtenir la grâce présidentielle en faveur des militaires ivoiriens. Il a remercié les autorités maliennes et ivoiriennes pour avoir fait confiance au Président de la République togolaise.

Avec ce dénouement heureux qui soulage toutes les parties prenantes et contribue au renforcement de la cohésion entre les Etats, le leadership du Président Faure Gnassingbé pour la stabilité régionale est reconnu et salué, en particulier au regard de cette capacité africaine, éprouvée et prouvée, à trouver des solutions endogènes aux difficultés qui pourraient survenir dans les relations entre Etats. Ils sont ensuite arrivés samedi soir à l’aéroport d’Abidjan, où le président ivoirien, Alassane Ouattara, les attendait. Le président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara s’est aussi félicité de la libération des soldats ivoiriens. « Bien évidemment, maintenant que cette crise est derrière nous, nous pourrons reprendre des relations normales avec le pays frère qu’est le Mali, qui a besoin de nous et dont nous avons besoin également », a déclaré le président ivoirien à Abidjan, lors d’une cérémonie en l’honneur des 46 soldats.

Daniel A. (In CHRONIQUE DE LA SEMAINE n°681 du 12 Janvier 2023)

@macite.info

E-mail : maciteinfo@gmail.com; bawela1@gmail.com

Pour vos annonces, (publi)reportages, etc., joignez nous au (00228) 91515309/79872224

www.macite.info, L’information, la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *